Vincent Clerc s’exprime enfin clairement sur son avenir

Arrivé au Rugby Club Toulonnais l’année dernière en provenance du Stade-Toulousain, l’ailier Vincent Clerc n’a quasiment pas joué avec le RCT cette saison à cause de diverses blessures aux deux tendons d’Achille.

En fin de contrat à la fin du mois de juin, l’international Français ne sait pas encore vraiment de quoi sera fait son avenir. Interrogé dans les colonnes du Midi Olympique, il explique néanmoins ne pas être au point mort. Extrait:

« Je ne suis pas au point mort mais je ne sais pas de quoi mon avenir sera fait. Je ne sais pas s’il y a une possibilité de continuer à Toulon. Il y a bien évidemment aussi celle d’arrêter. Il y a beaucoup de questionnements et d’incertitudes à l’heure actuelle. À titre personnel, ça va. Désormais, dans ma tête, je suis prêt à arrêter comme à continuer. J’envisage toutes les options. Ce qui est le plus dur, c’est au niveau familial par rapport à toute la logistique, le fait de savoir où nous allons habiter… Il y aura des regrets sur cette saison mais je suis prêt à accepter mon destin quel qu’il soit. Au départ, je me disais qu’il fallait absolument que je reprenne car il y avait la frustration de la blessure. Maintenant, avec le recul, je me dis : « S’il est temps d’arrêter, je m’arrêterai.  » Il y a une forte envie de revenir mais ce ne sera pas à tout prix. Simplement, aujourd’hui je fonctionne encore comme si j’allais continuer. Il faudra juste que la décision arrive assez rapidement vis-à-vis de ma famille. »

Son choix sera assez simple au final puisqu’il continuera sa carrière rugbystique uniquement si Toulon le prolonge. Dans le cas contraire, il prendra sa retraite sportive. Extrait:

« Ma position est assez claire : c’est Toulon ou l’arrêt. Je ne me vois pas partir un an ailleurs. Ça n’aurait pas de sens de changer. Je n’ai pas joué pendant un an au RCT. Alors, aller ailleurs pour repartir de zéro… Ici, j’ai mes repères, ma famille aussi. Puis, j’ai profondément envie de découvrir Mayol et j’ai le désir de rendre la confiance qui m’a été accordée. Autrement, je rentrerai vivre à Toulouse, probablement, pour commencer mon après-carrière. »

Pour conclure, Vincent Clerc espère désormais que les négociations vont vite avancer, que ce soit positif ou négatif. Il souhaite connaître rapidement de quoi sera fait son avenir. Extrait:

« Je fais tout pour revenir, je travaille beaucoup au club et je me rajoute même des séances avec Jacques Piasenta à La Seyne. Mais je comprends qu’à 36 ans et après une rupture du tendon d’Achille, on puisse émettre des doutes. Ce que je veux juste, c’est que ça aille vite maintenant. Que ce soit clair, que l’on me dise oui ou non. La fin de saison approche et j’aimerais pouvoir prendre une décision sans tarder. Car, à travers ma situation, j’engage mes proches. Mais je n’ai pas d’inquiétude, je sais que ça va venir. Si, demain, mon profil ne correspond pas à ce que recherchent les dirigeants, je ne leur en voudrai pas. Ce n’est pas à cause d’eux que ma carrière s’arrêterait. »

Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *