Le Toulousain Patricio Albacete dézingue ouvertement son entraîneur Ugo Mola

Le Stade-Toulousain va probablement terminer la saison à la 12ème place du classement après une fin de saison totalement cauchemardesque avec notamment quatre défaites consécutives en Top 14.

Interrogé dans les colonnes du quotidien L’équipe, le deuxième ligne Argentin Patricio Albacete n’a pas hésité à pointer du doigt le manager Ugo Mola. Selon lui, ce-dernier n’a pas les épaules assez larges pour gérer un tel groupe. Il ne manque pas de lui taper dessus. Extrait:

« Remplacer un manager comme Guy Novès, avec le vécu et les prérogatives qu’il avait, ce n’est pas facile. Le costume était peut-être trop grand pour lui. Il n’avait pas les épaules pour reprendre un groupe comme ça. Il a accepté le poste en connaissance de cause. Il savait dès le départ qu’il viendrait seul. Il doit l’assumer. Il dit que ce n’est pas lui qui a choisi le staff, pas lui qui a recruté les joueurs. C’est trop facile. Les excuses, c’est pour les faibles. C’est une phrase qu’il nous répète souvent. Moi, je suis complètement d’accord. Mais, dans sa bouche, c’est contradictoire, car il ne l’utilise pas pour lui. Je pense qu’il aurait dû mieux s’appuyer sur l’expérience des joueurs qu’il avait à sa disposition pour connaître le ressenti du groupe. Le problème, c’est que les fois où on a essayé de lui dire qu’on n’était pas à l’aise avec le système de jeu, il a fini par l’utiliser contre nous. Si ce qu’on préconisait ne marchait pas, il disait : « Voyez, je vous avais bien dit que ça ne fonctionnerait pas ! » »

Par ailleurs, le joueur international Argentin reproche à son entraîneur de ne pas savoir gueuler quand il le faudrait. Ugo Mola reste toujours calme et n’hausse jamais le ton, même après les cinglantes défaites. Extrait:

« Et puis, quand une équipe entre dans une spirale négative, il faut savoir créer un électrochoc pour que ça reparte. Ça n’a jamais été fait. Le lundi matin, à la vidéo, qu’on ait gagné ou perdu le samedi, c’est souvent la même chose. C’est toujours bien : O.K., on a perdu, mais il y a quand même eu des intentions. O.K., on n’a pas marqué d’essais, mais on s’est créé plein d’occasions. Jamais un coup de gueule, jamais une vraie remise en question. Mais c’est peut-être parce que le staff avait conscience que ce qu’il nous demandait n’était pas très clair. Or, comment veux-tu recadrer un mec sur quelque chose qui, manifestement, n’a pas été bien expliqué ou accepté dès le départ ? »

Pour conclure, Patricio Albacete a expliqué ne pas avoir apprécié la manière dont Ugo Mola lui a annoncé qu’il n’allait pas être conservé par le Stade-Toulousain à l’issue de la saison. Extrait:

« Je comprends tout à fait qu’il préfère donner leur chance à des jeunes. C’est normal. Moi-même, je ne sais pas encore si je vais continuer à jouer. Mais j’aurais aimé qu’Ugo vienne me le dire en face, comme l’a fait Fabien. Or, il ne m’en a parlé que deux jours avant que je reprenne l’entraînement après ma blessure, de façon très superficielle. Je n’ai pas beaucoup aimé cette façon de faire. Quand il a eu besoin de moi, notamment en tant que capitaine, j’ai toujours été là, moi. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *