Habituellement très calme, le président Palois pousse un gros coup de gueule | | Actu Rugby

Habituellement très calme, le président Palois pousse un gros coup de gueule

Le président de la Section Paloise, Bernard Pontneau ne s’exprime pas souvent dans la presse. Reste que ce-dernier a souhaité pousser un coup de gueule dans les colonnes du Midi Olympique de ce vendredi.

En effet, le patron du club Palois estime que certains clubs en respectent pas les règlements mis en place par la Ligue Nationale de Rugby. Selon lui, certains dirigeants paient des joueurs beaucoup moins cher que leur réelle valeur. Il se pose des questions. Extrait:

« Je suis heurté par le développement et les manières d’une partie des clubs de Top 14. Certains se construisent sur un modèle économique sain et véritable. Je pense à La Rochelle premièrement. Lyon, même s’il y a des gros investisseurs, en fait partie. Brive, à son échelle, aussi. Mais en parallèle, il y a des clubs qui ne respectent rien, à commencer par les règlements instaurés pour nous encadrer. Ils écrasent les prix et, donc, le championnat. Cette saison, nous allons affronter des équipes avec des masses salariales camouflées, c’est une réalité. Tout ça nuit gravement à l’équité sportive. Ça pèse d’autant plus que ce sont les mêmes qui contactent nos meilleurs joueurs alors qu’ils sont encore sous contrat et nous mettent le bordel. Ce fonctionnement me choque. Il est inadmissible. Aujourd’hui, tout le monde sait ce que vaut tel ou tel joueur. Or, à niveau identique, il y en a qui sont payés moitié moins cher dans certains clubs. C’est trop gros pour être vrai. Il faut arrêter, ça devient ridicule ! »

Lorsque le journaliste lui rappelle que le président Toulonnais Mourad Boudjellal a récemment été épinglé à ce sujet avec les contrats de Mamuka Gorgodze et de Frédéric Michalak, le patron Palois affirme ne pas viser le Rugby Club Toulonnais mais d’autres clubs ouverts à l’international. Extrait:

« Au début, le calcul de la masse salariale était flou et ne comprenait pas toutes les formes de rémunération. Le périmètre est plus large et est clair désormais. À l’époque, disons que ce que faisait Mourad n’était pas illégal, c’était de l’aménagement. Non, moi je parle de ceux qui se servent de leur surface internationale pour s’adonner à certains managements de ressources humaines qui ne sont pas compatibles avec le règlement et faussent le jeu. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *