Une grosse polémique enfle autour des arbitres du Top 14

Les matches du Top 14 de ce week-end ont été particulièrement compliqués pour les arbitres. Deux arbitres se sont attirés les foudres des joueurs et des managers de certaines équipes suite à des décisions très litigieuses.

Retour sur ces deux décisions litigieuses:

Grenoble 22 – 24 Bordeaux-Bègles

L’arbitre Salem Attalah a refusé un essai Grenoblois après visionnage vidéo. Pourtant, le ballon semble bien avoir été aplati sur la ligne. Cet essai aurait permis au FCG de remporter la rencontre.

Voici les diverses réactions:

Le talonneur de Grenoble, Loïck Jammes:

« Ce n’est même plus de la frustration, c’est de la tristesse. Personne n’est avec nous. On est dans leurs cinq mètres, j’aplatis sur la ligne et l’essai n’est pas accordé. L’arbitre de touche est sur la même ligne que moi, à ma hauteur et il me voit. J’étais sûr à 100%. Je me suis replacé sur la ligne des 50 m, j’étais persuadé qu’il allait l’accorder. A ce moment-là, je n’ai aucun doute. J’ai l’impression que tout est contre nous. Il y a une multitude de pénalités qui ne sont pas sifflées. »

L’ouvreur de Grenoble, Jonathan Wisniewski:

« Il a manqué ce qu’il manque depuis plusieurs semaines : être arbitré correctement. Cela commence à devenir fatigant. Reprenez les images : on reçoit La Rochelle, il y a une passe sur la ligne qui est acceptée tous les week-ends mais on nous refuse l’essai et on perd de deux points ; on reçoit Brive, mêlée enfoncée et on prend deux cartons rouges ; on va à Clermont le week-end dernier, il y a trois fautes sur la dernière action qui peut nous donner la chance de gagner, c’est refusé ; ce soir, encore une action où on franchit, tout le monde voit que le joueur aplatit, il est sur la ligne, il ne bouge pas d’un centimètre, il faut faire confiance au joueur mais l’essai est refusé. Cela commence à devenir fatigant. J’entendais l’entraîneur des trois-quarts de Bayonne qui disait cette semaine qu’ils étaient arbitrés comme des condamnés, nous ce soir ce fut le cas. Depuis le début de la saison nous sommes arbitrés comme des condamnés ». Avant de se lâcher complètement. On veut un rugby spectaculaire, on veut un rugby qui joue, des équipes qui tiennent le ballon… Je crois qu’il vaut mieux avoir que des animaux de 150kg, ne faire que des ballons portés, des chandelles, où on se fait chier tous les week-ends et tout le monde sera bien content. A un moment, on a envie de tenir le ballon, de jouer et on n’est jamais récompensés. On est arbitrés comme une équipe condamnée, on est tellement facile à arbitrer, reprenez toutes les images depuis le début de la saison et vous verrez. On est partis pour aller en Pro D2 vu comment c’est maintenant. Au moins qu’on nous respecte un minimum parce que tendre le bras contre nous c’est très facile, ça se fait simplement. Mais par contre, quand c’est pour nous comme le week-end dernier à Clermont, c’est uniquement une mêlée. Ce soir, c’est pareil : on ne comprend pas comment l’arbitre peut nous refuser l’essai, le talonneur il ne bouge pas, il célèbre l’essai, il est sur la ligne, il le voit qu’il est sur la ligne… Tous les week-ends c’est pareil. Ça commence à faire très cher et à la sortie c’est des points qui manquent. Je comprends vraiment ce qu’il voulait dire l’entraîneur de Bayonne… »

Le manager de Grenoble, Bernard Jackman:

« En ce moment, l’arbitrage à notre égard est catastrophique. Avec Salem Attalah, ce n’est pas simplement aujourd’hui, c’est souvent le cas. Il y avait pénalité dans le dernier ruck. Je crois qu’il part à la retraite à la fin de la saison et on se doute pourquoi. Ce n’est pas acceptable. M. Attalah n’a pas eu envie d’arbitrer proprement. L’essai aussi n’aurait pas dû être refusé. Quand on sait que la vidéo existe, c’est encore plus terrible à admettre… c’est difficile pour le moral. »

David Mélé a également réagi sur son compte Twitter:

mele

Montpellier 25 – 19 Lyon

Dans les toutes dernières secondes de jeu, l’arbitre Pierre Brousset a fait rejouer à de nombreuses reprises une mêlée Lyonnaise à cinq mètres de l’embut de Montpellier sans jamais accorder un essai de pénalité au LOU.

Interrogé à l’issue de la rencontre, le manager Pierre Mignoni était dégoûté:

«Je suis en colère et triste pour mes joueurs. Ils auraient dû prendre cinq points. Ils en prennent un. Au bout du compte, il y a quatre points de différence. Ils méritaient de gagner ce match. Il faut prendre ses responsabilités. Je travaille toujours, toujours avec eux (NDLR : les arbitres), mais là, je ne peux pas comprendre. Je suis désolé.. Je ne pleure jamais, mais ce n’est pas bien. On sort d’un gros match chez nous (victoire devant Toulon, 27-13). On était venus ici pour faire quelque chose. C’est une grosse déception pour mes joueurs. On a du cœur. On essaie de le montrer à chaque match.»

On notera également le carton rouge jugé très sévère dont a écopé le pilier droit Bayonnais Broster pour un plongeon délibéré sur un joueur Clermontois au sol. La polémique a été étouffée étant donné la victoire de l’Aviron Bayonnais.

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

2 thoughts on “Une grosse polémique enfle autour des arbitres du Top 14

  • 14 novembre 2016 at 18 h 30 min
    Permalink

    Nos arbitres sont trop souvent mauvais, à une ou deux exceptions prés, et les arbitres vidéos souvent nuls, ils voient le contraire de tout le monde.

    Reply
  • 15 novembre 2016 at 11 h 14 min
    Permalink

    Salem Attala , c’est celui qui a fait qualifier le Racing pour les phases finales l’an dernier contre l’ASM à Colombes, il a beaucoup de casseroles. Que dire de l’aide apporter à ce même Racing dans la quête du titre par le corps arbitral où les caméras de CAnal vont jusque dans la loge de l’arbitre vidéo. J’ai d’ailleurs arrêter mon abonnement.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *