Top 14 : après le K.O de Fritz, Provale demande la présence d’un médecin indépendant

Le syndicat des joueurs de rugby, Provale, demande la présence d’un médecin indépendant lors des matchs de Top 14 et de Pro D2 comme c’est déjà le cas en coupe d’Europe afin de contrôler la mise en place du protocole commotion. Dans un communiqué, Provale se dit « indigné » par le retour sur le terrain de Florian Fritz vendredi lors du barrage de Top 14 entre Toulouse et le Racing (16-21).

Fritz – Stade Toulousain  © Maxppp

L’image a fait le tour du monde. Florian Fritz, le visage ensanglanté et groggy à la suite d’un violent choc avec un un joueur du Racing lors du barrage de Top 14 perdu (16-21) par le Stade Toulousain vendredi soir à Ernest Wallon. Le joueur est sorti du terrain à la 20e minute de jeu, aidé par deux membres du staff toulousain, avant de revenir 15 minutes plus tard. Le temps pour lui de se faire poser des agrafes au niveau du crâne. Le toulousain rejouera 5 minutes avant d’être remplacé à la pause par Gaël Fickou. Le problème c’est que les images de télévision indique clairement que le centre toulousain a été victime d’un K.O d’ailleurs admis par le joueur après la rencontre. Or, depuis 2013, afin de réduire les risques auxquels s’exposent les joueurs, un protocole commotion existe. Malgrè son caractère obligatoire, il n’a pas été activé dans le cas de Florian Fritz. D’où la réaction, par communiqué, de Provale qui estime que le joueur « a été mis en danger et n’aurait jamais dû être rappelé ».

« Quelle pression Novès a-t-il fait peser sur le staff médical ? »

— Bernard Dusfour, de la commission médicale LNR.

« Tout le monde n’a pas forcément conscience aujourd’hui des dangers qui pèsent sur les joueurs exposés aux commotions cérébrales, et en particulier sur les conséquences de celles-ci : neuropathie cérébrale dégénérative, dépression, suicide … » explique le syndicat de joueurs. « Un protocole rigoureux est mis en place, en collaboration avec la FFR et la LNR, afin d’éviter ces dangers, mais nous sommes aujourd’hui face à la relativité de sa mise en place, et de son respect » poursuit Provale en déplorant « les fortes pressions » que subissent les encadrements médicaux des équipes pendant les matchs.

Les images télévisées avaient montré le manager de Toulouse Guy Novès venir lui même chercher le joueur dans les vestiaires avant la limite des 15 minutes, prévue dans le cas d’un saignement. La commission médicale de la FFR a demandé à son homologue de la LNR d’ouvrir une enquête.

Source France Bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *