Sexe, alcool et bagarres : les boulets du rugby

Les joueurs de football ou de handball ne sont pas tous seuls à donner du travail aux journalistes des catégories  » Faits divers  » des journaux internationaux ..

C’est pendant la Coupe du Monde que notre premier champion fait sa révélation. Mike Tindall, trois-quart centre du quinze d’Angleterre, se fait surprendre en train de tripoter avec trop d’insistance une belle blonde dans un bar près de Queenstown au milieu d’un « concours de lancer de main improvisé. Mais problème: le garçon est depuis fin juillet marié à la jeune Zara Phillips, petite-fille de la Reine d’Angleterre. Alors même si les bandes de vidéo surveillance de l’Altitude Bar ne révèlent rien de méchant, on ne peut s’empêcher de penser que Tindall est quand même un beau boulet. Ça tombe bien, il n’est pas le seul dans la grande famille du rugby.

Notre Top 10:

10 : Andy Powell et la voiturette de golf

C’est le genre de truc débile auquel chacun a déjà pensé en rentrant bourré chez soi. Sauf qu’Andy Powell, lui, n’y a pas juste pensé mais l’a fait ! Durant l’année 2010, le Gallois fête la victoire contre le XV du Chardon dans le tournoi des VI Nations avec ses grands amis de l’équipe Galloise. Au petit matin, Un ami rend visite à Andy. Pas de bol, il a un peu faim et ne s’est visiblement pas complètement remit de sa petite fête. Il sort donc de l’hôtel, emprunte une voiturette de golf qui stationnait devant, et part à la recherche de son breakfast préféré en prenant l’autoroute. Arrêté par les forces de l’ordre, Powell est exclu de la sélection Galloise pendant quelques matchs.

9 : Many Edmonds et les fêtes de Bayonne

Eté 2007. L’ouvreur australien Manuel Edmonds vient de signer à l’Aviron Bayonnais. Ça tombe bien, au mois d’août, la ville a l’événement tout indiqué pour marquer le coup: les fêtes de Bayonne. Soucieux de s’intégrer rapidement, le joueur y prend sûrement un peu de bon temps, avant de tomber sur un ancien joueur de l’Aviron, l’Ecossais Steve McLaren. Les deux larrons en viennent aux mains et Edmonds, KO, se blesse en tombant sur le genou. Verdict: lésion d’un ligament, deux mois d’indisponibilité, et la préparation avec son nouveau club foutue en l’air.

8 : Mike Phillips et le McDo

Un Big Mac à 3 heures du mat’, ça n’a pas de prix, surtout quand on habite à Cardiff. Mike Phillips en avait apparemment bien besoin, et n’a pas supporté de se voir fermer au nez les portes d’un McDo de la capitale galloise. Résultat, il fait un esclandre, et un videur doit s’asseoir sur lui pour le maîtriser. Les photos font le tour du web. Le joueur, embarqué par la police, est initialement suspendu par la fédération galloise. Mais à quelques semaines de la Coupe du monde, celle-ci se rend probablement compte qu’il serait contre-productif de se passer d’un de ses meilleurs éléments. Le demi de mêlée s’excuse (a-t-il fait valoir sa rupture avec la chanteuse Duffy comme circonstance atténuante?) et est finalement relaxé.

7 : Mathieu Bastareaud et la table de chevet

Une histoire qui fait sourire tout le monde au début mais qui se termine en mini-incident diplomatique et en dépression caractérisée pour le joueur. Nous sommes en juin 2009. Mathieu Bastareaud, 20 ans, participe à la tournée des Bleus en Nouvelle-Zélande. Après le second match contre les Blacks (défaite 10-14), il affirme, visage tuméfié, avoir été agressé en pleine rue par plusieurs individus, alors qu’il rentrait à son hôtel de Wellington. Emotion dans le pays. La Nouvelle-Zélande accueille la Coupe du monde deux ans plus tard et regrette de donner une si mauvaise image. Mais après une rapide enquête à partir des bandes de vidéo-surveillance, la police se rend compte que la version de Bastareaud ne tient pas la route.

Le trois-quart centre reconnaît avoir menti et livre une nouvelle version des faits:

«Samedi soir, je suis rentré à l’hôtel après avoir trop bu. Je suis tombé dans ma chambre, j’ai heurté la table de nuit et je me suis ouvert la pommette. J’ai eu honte, j’ai paniqué et j’ai cru que j’allais être renvoyé de l’Equipe de France. J’ai raconté cette histoire pensant que cela allait passer, mais vu l’ampleur que cela prend je préfère raconter la vérité.»

Deux ans après, on ne sait toujours pas si cette histoire est la bonne ou si Bastareaud a juste été victime d’une baston entre coéquipiers, ou toute autre histoire pas trop facile à raconter au grand public. En tout cas, l’affaire l’a profondément marqué, puisque peu après son retour en France, il est longuement hospitalisé après une tentative de suicide.

6 : Gavin Henson et l’ensemble de son œuvre

Comment saborder méticuleusement une carrière qui s’annonce prometteuse? Petit guide en 3 leçons par Gavin Henson.

1. Tu te forgeras une image de diva.

Au printemps 2005, le joueur vient de conquérir le Grand Chelem avec ses coéquipiers du XV du poireau. A 23 ans, Henson est au sommet de sa forme. Son look hyper-travaillé (UV+gel+chaussures confectionnées par Karl Lagerfeld) en fait le chouchou des médias. La tournée des Lions britanniques en Nouvelle-Zélande, pour laquelle Henson est sélectionné, doit confirmer le talent du bonhomme. Mais Henson n’est pas retenu pour jouer le premier test, et se blesse lors du second. Quelques mois plus tard, il ne trouve rien de mieux que de publier son autobiographie («Mon année Grand Chelem») dans laquelle il allume son sélectionneur. Faisons maintenant un saut dans le temps. Nous sommes en 2011, Gavin a déjà sacrément écorné sa crédibilité. Il décide de signer au RC Toulon pour, une énième fois, relancer sa carrière. Rarement titulaire, il disjoncte après un match contre Toulouse. Alors qu’il se trouve dans un bar avec ses coéquipiers, il affirme être le meilleur joueur du monde, critique le capitaine Joe Van Niekerk, et finit par en venir aux mains avec un autre joueur, Matt Henjak.

2. Tu donneras à manger aux tabloids.

Décembre 2007. Henson vient de l’emporter avec sa province de Neath-Swansea contre les Harlequins en ayant inscrit tous les points de son équipe. Visiblement, il a besoin de décompresser, et prend le train pour Cardiff avec quelques potes, en s’étant auparavant bien rincé le gosier. Le groupe pète un plomb, insulte les autres passagers, vomit et urine sur les sièges. Henson est mis à l’écart de la sélection. Rebelote deux ans plus tard, quand le natif de Bridgend retourne un bar de Cardiff en montant sur les tables de billard et en arrachant les queues des joueurs anonymes.

3. Tu participeras à toutes les émissions de télé-réalité imaginables.

Ces dernières années, le Gallois s’est montré bien plus actif sur les plateaux de télé que sur un terrain de rugby. A son tableau de chasse: 71 Degrees North, une émission koh-lantesque dans le grand froid, où l’objectif est d’être le premier à arriver au 71ème parallèle nord. Henson termine deuxième et «apprend beaucoup sur lui-même», selon la mère de ses enfants, dont il est désormais séparé. Vient ensuite «Danse avec les stars», où Gavin réalise également un beau parcours avec la danseuse canado-lituanienne Katya Virshilas, et enfin The Bachelor, show retransmis sur Channel 5 et qui devrait permettre au joueur de trouver l’âme-soeur parmi 25 candidates. Pour suivre ses derniers exploits, rendez-vous ici.

5 : Arnaud Mignardi

Avant de casser quelques tronches lors d’une troisième mi-temps dans le centre-ville de Toulouse avec des coéquipiers brivistes, le trois-quart centre Arnaud Mignardi s’était signalé par son hommage à la grande famille de la chasse. Dans une vidéo de six minutes confinant au génie, pastiche du fameux sketch de la galinette cendrée des Inconnus, Mignardi et quelques uns de ses potes agenais (et non pas à jeun) se baladent dans la campagne du sud-ouest, bob vissé sur la tête, carabine sur l’épaule et accent en bandoulière. Magistral.


La face cachée d’Arnaud Mignardi par CultureRUGBY

4 : Florian Fritz et son passeport

La carrière du Toulousain en équipe de France est une histoire contrariée. Sur le papier, il est considéré par beaucoup comme le meilleur choix au poste de second centre. Appelé pour la première fois sous le maillot bleu en 2005, il ne compte pourtant à 27 ans que 19 sélections. La faute à une réputation de joueur irrégulier, voire ingérable. Et il faut dire que parfois, l’ancien Berjallien ne met pas toutes les chances de son côté. En 2009, il est convoqué pour participer à la tournée des Bleus en Nouvelle-Zélande. Mais Fritz a oublié de mettre son passeport à jour. Retenu à la douane, il arrive avec une semaine de retard dans l’hémisphère sud, ne dispute qu’un match dans la série de tests, et disparaît des écrans radars de Marc Lièvremont.

Et maintenant le podium !

3 : Danny Cipriani et la bouteille de vodka

Le pendant anglais de Gavin Henson. Surdoué, beau gosse, Danny Cipriani a très tôt été présenté comme la nouvelle petite merveille du rugby outre-Manche. Une position pas facile à gérer pour un gamin d’à peine vingt ans, qui devient rapidement la cible des tabloïds. En 2007, il est photographié dans les bras d’un transsexuel embauché pour l’occasion par un journal de caniveau. Après plusieurs autres accros, Cipriani décide de rejoindre l’an passé la toute nouvelle franchise du Super 15, les Melbourne Rebels. En Australie, il ne se calme pas. Sorties nocturnes et alcoolisées, vol d’une bouteille de vodka dans un bar… Cipriani est même exclu du groupe par ses coéquipiers pour deux matchs. A 23 ans, il est peut-être déjà cramé.

2 : Rupeni Caucaunibuca

Le plus gros gâchis de la décennie, à en croire la presse néo-zélandaise, qui a vu l’oiseau fidjien éparpiller les défenses du Super 12 façon puzzle. Selon elle, Rupeni Caucaunibuca, dit Caucau, aurait pu être meilleur que Jonah Lomu. Mais apparemment, «Rups» aimait trop la vie. Manger, re-manger, boire et fumer quelques joints… Depuis son arrivée dans le championnat de France en 2004, ses incartades ne se comptent plus. Rien de bien méchant, dans le fond, mais une attitude bien trop éloignée des standards du professionnalisme. A chaque début de saison ou presque, Caucau esten retard de plusieurs semaines à l’entrainement, la faute à des vacances prolongées aux Fidji. Sans oublier les kilos en trop sur la balance… Son mode de vie fait sourire. A Agen, son premier club de Top 14, on se souvient d’un joueur capable d’arriver sans affaires à l’entraînement, car il avait envoyé les dotations de l’équipementier à sa famille au pays. Ou encore de sa fâcheuse tendance à claquer tout son salaire dans du matériel hi-fi en quelques jours. Résultat, le club met en place un système où de l’argent lui est remis toutes les semaines…

Et enfin le meilleur de notre Top 10 :

1 : James O’Connor, Kurtley Beale et Quade Cooper

Riri, Fifi et Loulou en vadrouille à Paris. Après avoir déculotté le quinze de France (59-16), les trois feu-follets des Wallabies vont faire la fête, et apparemment, se mettent sur la gueule rue princesse. S’en suit une espèce de conseil de discipline au sein du groupe, qui décide de passer l’éponge. Manque de bol, l’affaire revient aux oreilles de la fédération, qui décide d’ouvrir une enquête il y a quelques semaines. Enquête vite fermée, l’incident n’étant pas de «nature sérieuse». C’est vrai que punir trois de ses stars à la veille d’une Coupe du monde, ça aurait été malin…

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *