SECRET – fils caché, bar de plage, tentaive de suicide… ce qu’on ne vous avez pas dit sur le XV de France

SECRETS – Trente-un joueurs plus un staff technique, l’équipe de France regorge évidemment de nombreuses histoires de vies. Tristes ou joyeuses, sportives ou privées, certaines sont connues d’autres moins d’après Metronews. Voici quelques histoires vraies..

 

Dumoulin, fils caché de Cécillon
En janvier dernier, Alexandre Dumoulin lâche une bombe : son père biologique n’est autre que Marc Cécillon. Un nom qui raisonne gravement dans le rugby français, puisque l’ancien troisième ligne international (42 sélections) a purgé 7 ans de prison pour avoir abattu son épouse en 2004, alors qu’il était ivre. Ce n’est qu’au moment du procès deux ans plus que Dumoulin apprend à 17 ans que sa mère a eu une aventure avec Cécillon.

 Nyanga et Szarzewski , comme des frères
Tous deux révélés à Béziers au début des années 2000, Yannick Nyanga et Dimitri Szarzewski n’ont jamais rompu le lien qui les lie depuis l’enfance. Voisins à la ville et membres du pôle espoirs au rugby, seule la descende de l’ASBH en 2005 les séparent. Et si Nyanga file au Stade Toulousain et Szarzewski au Stade Français, le XV de France les rassemble rapidement (ils connaissent leur première cape le 26 novembre 2005). Après la Coupe du monde, les deux copains d’enfance redeviendront d’ailleurs partenaires au Racing Métro.

 PSA, roi de la nuit
Quand un joueur fait carrière dans le rugby, il investit généralement dans un restaurant ou un bar. Philippe Saint-André et son frère Raphaël ont décidé de faire les deux il y a quelques années en lançant La Voile, un restaurant de plage à La Londe-les-Maures (Var), qui vire bar de nuit. Mais comme les frères PSA sont des entrepreneurs avisés, ils ont aussi mis des billes dans Couleurs Voyage (ex-Saint-André Events), qui est une des agences officielles de la Coupe du monde de rugby pour la vente de packages billet/transport/hébergement.

 Dusautoir par la petite porte
Quand on regarde aujourd’hui Thierry Dusautoir en équipe de France, on voit le capitaine respecté et le relais de Saint-André au sein du vestiaire. Sauf que « The Dark Destroyer » n’a pas toujours eu les clés de la maison bleue et n’a pu s’y faire une place qu’à la faveur d’un concours de circonstance : une hernie discale d’Elvis Vermeulen juste avant la Coupe du monde 2007. Bernard Laporte ajoute alors en dernière minute le Toulousain à sa liste des 30 et ne regrettera pas de le titulariser après la déroute inaugurale face à l’Argentine.

 Les malheurs de Bastareaud
Le récit de son autobiographie « Tête haute, Confessions d’un enfant terrible du rugby », sortie en juin dernier, fait froid dans le dos. Mathieu Bastareaud y raconte ce moment où il a voulu en finir après avoir lu des commentaires violents à son égard sur une page Facebook : « D’un coup, c’en était trop. J’ai eu envie de partir. De dire stop, c’est fini. Alors je me suis levé d’un bond, je me suis dirigé d’un pas décidé vers la cuisine. J’ai saisi un grand couteau et je me suis tranché les veines. » Heureusement, le centre n’était pas seul et ses amis ont pu appeler les secours.

Source: Metro News

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *