Scandalisé, Nicolas Brusque pousse son coup de gueule

Nicolas Brusque n’est plus le président du Biarritz Olympique depuis le début de la semaine. Ce-dernier a été démis de ses fonctions puisqu’un nouveau groupe a pris la gouvernance du club Basque: le groupe d’actionnaires ATSI (A-Team Sports Investments).

Interrogé via Sud-Ouest, Nicolas Brusque a poussé un coup de gueule sur la manière dont il a été viré, et le manque de respect de certains arrivant:

« Nous avions choisi le silence malgré l’extrême brutalité de notre éviction et la froideur clinique des investisseurs qui ont choisi de prendre le pouvoir absolu au sein de notre club. Nous étions convaincus, malgré l’absence de projet des nouveaux administrateurs que l’intérêt supérieur du club méritait notre effacement. Mais à la brutalité s’ajoute aujourd’hui la calomnie et une présentation volontairement falsifiée de la réalité de nos échanges avec le groupe d’actionnaires ATSI. Un nouvel entrant a comparé notre club à un mulet avec l’ambition de devenir un gros mulet,regrette le communiqué des anciens administrateurs, qui défendent aussi leur bilan financier. Nous sommes également révoltés par le manque de respect pour la mémoire de notre chaleureux actionnaire Serge Kampf qualifié dans le journal d’un « type qui finance et casse sa pipe ». C’en est trop. Nous avons le droit au respect pour le travail que nous avons accompli ces dernières années (…) Nous ne nous laisserons pas salir. Nous qui vivons ici. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *