Qui de Brock James ou de Camille Lopez pour la finale ?

Avant la finale au Stade de France, le débat est tout trouvé côté clermontois. Qui de Camille Lopez ou Brock James pour occuper le poste d’ouvreur face au Stade français ?

« On en a discuté ensemble« , raconte Camille Lopez. Que ce soit lui ou moi, l’important est que l’on gagne. Certes j’ai envie de la jouer. On a tous envie de jouer des matchs comme ça. Mais l’important c’est le groupe, la victoire. Si je dois commencer, tan mieux et si je suis remplaçant je donnerai tout pour l’équipe si je dois rentrer. Face à Toulouse en demi-finale, l’entrée de l’Australien a été décisive pour Clermont. Certes, comme il le dit lui-même, il n’a « pas fait grand-chose« . Mais tout ce qu’il a fait a sonné juste en réalisant chaque fois le geste technique juste pour le bon choix. Dans ce haut niveau qui aime tant à analyser les défaites ou les victoires sur de petits détails, ceux de Brock James auront été au nombre de cinq. Deux passes, un jeu au pied de pression, une pénalité pour prendre l’avantage et un drop pour donner quatre points d’avance. Voilà pour un récital de vingt minutes du métronome Australien.
Pendant une heure, Camille Lopez choisi comme titulaire, s’est montré moins efficace dans son jeu. Surtout en attaque ou il n’a pas réussi à mettre ses coéquipiers dans les intervalles. Toulouse ralentissant tous les ballons dans les rucks, le demi d’ouverture du faire avec des ballons lents et des adversaires rapides sur les montées défensives. Suffisant pour l’obliger à se précipiter et manquer le geste technique. Pour l’expliquer, sans doute un manque d’expérience à ce niveau. « Il faut avoir le moins de déchets possible. En championnat avec plus de déchets ça peut passer, là en phase finale ça ne passe pas. Il y a de l’intensité, ça tape fort, c’est rude« , témoigne celui qui disputait sa première demi-finale du Top 14. Sur la ligne défensive, l’international tricolore s’est par contre montré performant. « On sait que la zone du dix est recherchée. Il faut être costaud. J’ai essayé d’être le plus propre dans ce secteur, j’ai essayé de m’envoyer, je m’enverrais tout le temps pour le bien de l’équipe« , dit Lopez.

Lopez: « Peu m’importe, je veux juste qu’on ramène ce bouclier »

Brock James s’était blessé lors de l’échauffement à Twickenham alors qu’il devait débuter la finale face à Toulon. « Psychologiquement, ce n‘était pas trop dur car je savais que j’avais tout bien fait pour jouer la finale. C’est arrivé comme ça et pour moi la question était juste de revenir le plus vite possible sur le terrain« , raconte l’Australien. Remis pour cette demi-finale face à Toulouse, Franck Azema lui a préféré Lopez. Qu’en sera-t-il pour la finale face au Stade français? Lopez lui-même donne un début de réponse: « Il ne faut pas le nier il a fait une grosse rentrée. C’est un grand joueur, il l’a démontré ce soir. J’espère que la semaine prochaine il sera encore à ce niveau-là pour nous faire gagner cette finale. C’est important d’avoir des joueurs de cette qualité dans un groupe. Ils peuvent faire basculer un match. Je ne sais pas qui de nous deux jouera la semaine prochaine, mais peu m’importe, je veux juste qu’on ramène ce bouclier« .

Même son de cloche du côté australien avec cette envie de ne pas rater le rendez-vous final. « J’espère qu’on a appris de nos dernières finales perdues. Au début de l’année, on a dit ‘on veut un titre’. On en a laissé passer un et on n’a pas le choix maintenant. On est passé par ce chemin pas mal de fois. Le but n’est pas d’aller à Paris, le but est d’aller chercher le titre« .

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *