Photos : Le nouveau centre d’entraînement de Clermont, un bijou à la pointe de la technologie

L’ASM Clermont-Auvergne se renforce avec la mise en service de son Centre d’Entraînement et de Perfectionnement. Depuis la reprise de l’entraînement, les rugbymen auvergnats profitent des installations de pointe rassemblées dans ce bâtiment érigé juste derrière le stade. Un outil de premier plan européen, au service de la performance des joueurs.

A l’ombre du stade Marcel Michelin, un nouveau bâtiment au look industriel se dresse face aux usines de la manufacture de pneus clermontoise. La façade bardée de métal gris renferme le nouvel outil high-tech de l’ASM, un concentré de technologies dédié à la performance de l’équipe.

Le club auvergnat, déjà propriétaire de son stade, a investi six millions d’euros pour se doter de ce Centre d’Entraînement et de Perfectionnement (CEP), sorti de terre en quelques mois et opérationnel depuis mi-juillet pour la reprise de l’entraînement du groupe professionnel. Les Auvergnats ont désormais tout à disposition sur un lieu unique, dans ce bâtiment de près de 3000 m² installé au bout du terrain d’entraînement qui jouxte le stade Marcel-Michelin.

clermont centre 3

Présenté en avant-première à la presse lundi, cet équipement ultra-moderne doit permettre au club de prendre de l’avance sur ses concurrents à l’échelle européenne. « Depuis dix ans ce sport a énormément changé et il est nécessaire d’adapter les méthodes d’entraînement mais aussi les structures qui vont avec, et ce constat a été à l’origine de la réflexion autour de ce nouveau centre d’entraînement », analyse le directeur sportif du club Jean-Marc Lhermet.

Un tour d’horizon mondial pour bâtir le projet

Toulouse ou le Racing disposaient d’infrastructures similaires, Clermont s’en est inspiré et est allé puiser des idées jusque dans l’hémisphère sud et aux Etats-Unis pour se mettre au niveau. « On a beaucoup discuté avec les spécialistes de chaque secteur, rugby, médical et vidéo pour savoir ce qu’ils attendaient idéalement pour pouvoir bien travailler », explique Jean-Marc Lhermet. « Et on est allés voir ce qui se faisait ailleurs. On a essayé de faire un benchmarking le plus large possible, en partant aussi de notre façon de travailler pour créer cet équipement ».

C’est Denis Ameil, architecte clermontois déjà en charge des travaux de rénovation et d’agrandissement du stade depuis douze ans, qui a dû répondre aux demandes du staff.« L’ASM avait établi un programme avec des objectifs très clairs. Et nous avons travaillé sur trois priorités: la fonctionnalité, la présence de lumière naturelle partout et la transparence pour que l’ensemble du groupe vive ensemble et que tout le monde se voit travailler ».

Un immense espace, totalement ouvert sur lui-même

L’ancien Racingman Camille Gérondeau, arrivé cet été à Clermont, livre son verdict: J« e pense qu’au niveau des infrastructures, avec le Racing, c’est ce qui se fait de mieux au niveau français et peut-être européen. Le centre d’entraînement de Clermont a été bien pensé, il y a une grande interaction: les kinés ont la vue sur la salle de muscu, les coachs et l’ensemble du staff sont toujours en contact visuel avec tout le monde ».

S’il ne dévoile rien de l’extérieur, l’intérieur du CEP se veut totalement ouvert. Construit sur deux niveaux dont une immense mezzanine ouverte sur une salle de musculation de 650 m², le CEP a remplacé la plupart des cloisons par des vitres, pour favoriser les contacts entre les joueurs et l’ensemble du staff. « Il faut que les joueurs soient ensemble, et même s’ils ont des programmes différents, il faut qu’ils puissent se voir pour se soutenir et s’encourager », justifie Jean-Marc Lhermet.

clermont centre 1

Salle de musculation, salle de lutte, tapis de course en gazon synthétique, espace de balnéothérapie et de soins, amphithéâtre, vestiaires et salles de vidéo au rez-de-chaussée… A l’étage sur la mezzanine, le staff a pris ses quartiers dans ses nouveaux bureaux, qui jouxtent une salle de cardio et un restaurant de 120 m². A la carte des menus personnalisés pour les joueurs, qui devront y prendre chaque semaine un petit déjeuner et un déjeuner obligatoires. « C’est très bon et très diététique, c’est bien pour moi », sourit le pilier Thomas Domingo

Un gain de temps considérable

Ce lundi, les joueurs avaient rendez-vous au club à 6h30, ils n’ont quitté le stade que dix heures plus tard, sans en être sortis. Ce centre permet aussi de gagner du temps, de plus en plus précieux. « Le fait d’être tous au même endroit permet de communiquer facilement en permanence », reprend Jean-Marc Lhermet. « Et on a mis aussi en place de nouveaux équipements: une nouvelle base de données qui permet aux membres du staff de communiquer très vite, des écrans interactifs pour être plus efficaces… »

clermont centre 2

Une optimisation du temps qu’apprécient les joueurs, à l’image du deuxième-ligne Paul Jedrasiak: « On peut commencer les journées plus tôt, on mange sur place, on a des équipements impressionnants pour la récupération… ça apporte vraiment du confort ». Dans la période de préparation très courte qu’a eu Clermont cet été, l’apport du centre a permis de gagner« presque une ou deux séances par jour », se félicite le coach Franck Azéma.

Pour durer au plus haut niveau, Clermont poursuit son perpétuel développement. Quelques centaines de places assises supplémentaires vont accroître légèrement la jauge du stade Michelin en cours de saison. « Les structures ne font pas tout », évidemment, tempère Jean-Marc Lhemet. « Il faut aussi avoir des joueurs et des staffs de haut niveau. Et l’addition de tout ça permet d’essayer d’avoir une performance pérenne, et de très haut niveau ». A l’équipe désormais d’être au niveau de ces structures…

Source : Rugbyrama

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *