Philippe Saint André nous dit tout !

Au lendemain de l’annonce de la liste des 36 joueurs sélectionnés pour préparer la prochaine Coupe du monde, Philippe Saint-André était l’invité du Super Moscato Show sur RMC. Le sélectionneur du XV de France a justifié ses choix, notamment en ce qui concerne la charnière, qu’il assure avoir en tête.

Le statut « hybride » de Jules Plisson

« On ne veut pas se fermer de portes. Pour moi c’est clair, on commence à 36 joueurs valides avec trois demis d’ouverture (Michalak, Talès, Trinh-Duc).Jules est là, il va faire sa préparation, après est-ce qu’il va pouvoir faire du contact début août, on ne sait pas. C’est un point d’interrogation. On ne veut pas se couper toutes les options, surtout que c’est l’un des ouvreurs titulaires à part entière dans un club qui joue le haut du tableau. Il a pris de la maturité et des responsabilités. On lui a demandé la saison dernière de prendre le but. On a peu d’ouvreurs en France qui sont buteurs. L’année dernière il était le 3e buteur du Stade Français et cette année il était le n°1. »

Des ouvreurs expérimentés

« On sait que le poste de demi d’ouverture, depuis pratiquement un siècle en France, c’est compliqué. On met trop de pression et de responsabilités sur ce poste. On est parti sur des demis d’ouverture avec beaucoup d’expérience.Trinh-Duc revient d’une grave blessure mais a fait énormément d’efforts.Michalak a eu une saison compliquée mais nous donne énormément de garanties au but. Nos buteurs sont Parra, Kockott et Michalak. »

Publicité

Une charnière-type en tête ?

« Bien sûr que je l’ai en tête. Après il y a la préparation, le fait de savoir si les joueurs vont avoir toutes leur aptitudes. C’est pour ça que la préparation est primordiale. C’est le ciment de l’équipe. »

La non-sélection de Teddy Thomas

« Il a fait une tournée exceptionnelle les deux premiers matchs, après il a oublié un entraînement donc on lui a tapé un peu dessus. Depuis sa blessure en Irlande, il rame, il a joué 20 minutes, il n’est plus dans le groupe depuis 7 ou 8 weekends. C’était difficile de le prendre sur une préparation. »

Mermoz, une sanction à cause de l’attitude ?

« Bien sûr que Max est très bon. Et pourquoi je ne prends pas Danty, qui est excellent ? Et Lamerat, Fofana, Fickou, ce ne sont pas des bons joueurs ?On a fait des choix sportifs et uniquement sportifs. Mermoz était titulaire lors des deux derniers matchs du Tournoi parce que Dumoulin, Fofana et Lamerat étaient blessés. »

L’absence des grands « anciens »

« On a une liste de 36 et puis 14 joueurs qui vont s’ajouter, qu’on annoncera le 18 juin. Le Top 14 n’est pas fini donc on attendra le lendemain de la finale pour décider. Peut-être qu’Harinordoquy ou Bonnaire peuvent rentrer après le 13 juin, mais actuellement ils n’y sont pas. »

L’objectif pour cette Coupe du monde

« L’objectif d’abord est de bien se préparer. Je ne dis pas qu’on va être champions du monde, mais on va se préparer pour être champions du monde. Dans la poule, il faut finir premier et il y a 8 chances sur 10 de jouer l’Argentine en quarts. Quand tu es dans le dernier carré, surtout quand tu es Français, tu sais que ça se joue à des détails. On a besoin que tout le rugby français soit derrière l’équipe de France. On a des mecs bien, qui vont se préparer comme des fous. »

Les regrets de son mandat

« Je regrette les défaites et il y en pas mal (rires). Tu peux peut-être te dire qu’après la finale de 2011 j’ai voulu donner un dernier tour de piste à beaucoup de joueurs, mais on aurait pu intégrer un peu plus de jeunes dès ce premier Tournoi. »

L’apport des joueurs étrangers

« Ce qui me chagrine, c’est qu’on a une bonne formation. Les U20 ont fait le Grand Chelem l’année dernière mais sur ce groupe il n’y a que trois joueurs qui ont joué en Top 14 cette saison. En pilier droit, sincèrement on n’avait pas beaucoup de solutions. A un moment donné, on était en grand danger car il y avait très peu de piliers droits qui jouaient en Top 14. »

Un « arbitrage maison » en Angleterre ?

« Dans le rugby international, les entraîneurs envoient des vidéos et font pratiquement du lobbying. Bien sûr qu’on le fait, mais pour le faire il faut qu’on soient irréprochables. Il y a des joueurs français qui ont été ciblés. Le rugby international est en train de devenir un autre sport, ils veulent du jeu, du mouvement donc il a y parfois des joueurs qui réussissent en Top 14 et pas au niveau international, et d’autres mieux au niveau international qu’en Top 14. »

Son avenir après le XV de France

« Quand j’ai su que Vincent était candidat, j’ai senti qu’il fallait arrêter (rires). J’ai fait quatre ans, je ne suis pas fatigué, je suis en pleine forme. Je n’ai envie que d’une chose, c’est de vivre ce Mondial à 250%. Je languis le 1erjour de la préparation mais je pense que quatre ans ça suffit. Si je vais prendre un club ? Non. J’ai vécu quatre ans exceptionnels. Le très haut niveau est hyper intéressant mais au bout de quatre ans… »

Source : RMC Info

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *