Philippe Saint André limogé par les joueurs

D’après le Nouvel Obs, dans les coulisses, les bas-fonds des vestiaires, une dure réalité s’exprime, même dans les seuls petits chuchotements.

Ce qui se passe dans les bas-fonds des vestiaires du XV de France est un endroit où règne la confusion. Les joueurs, pour diverses raisons, sont contraints au silence. Ils ne peuvent pas avouer la neurasthénie qui les étreint à chaque match. C’est comme si les joueurs avaient le blues qui ne passe pas. Et pourtant, un match historique contre les champions du monde néo-zélandais les attend. Il faut à tout prix éviter les règlements de compte, ne pas faire éclater le scandale. Ils témoigneront plus tard. Jamais pendant le travail…

Pourtant déjà, malgré les consignes, les langues se délient. Que disent-elles ? « Une grande majorité de l’équipe se plaint du manque de charisme de PSA [Philippe Saint-André, le sélectionneur français, NDLR], raconte un proche de plusieurs joueurs. Ils le considèrent comme un brave type, comme un ancien très bon joueur, mais pas comme un meneur d’hommes. Certains partent pour ce match contre les Blacks avec des pieds de plomb, déjà battus. »

Il y aurait aussi des rumeurs qui circuleraient dans les couloirs de l’hôtel des Bleus. Ils ne supporteraient pas la présence abusive de Serge Blanco, le vice-président de la Fédération Française de Rugby (FFR), qui chaperonnerait d’un peu trop près Philippe Saint-André et exercerait sur lui une forme de tutorat étouffant. Celui qu’on surnommait le « Pelé du rugby », trop présent dans l’entourage des Bleus, aurait comme déstabilisé l’ensemble du staff.

« Ils ne croient plus en la parole de Saint-André »

« Même les soigneurs se mettent à donner leur avis sur les tactiques de jeu, confie un autre intime de joueurs. Résultat : les gars ne savent plus à quel saint se vouer. L’inhibition que vous sentez sur le terrain quand vous les voyez jouer s’explique par le bordel ambiant. Ils ne croient plus en la parole de Saint-André. C’est dur d’entendre çà à quelques jours d’un moment historique. C’est, hélas, le climat qui règne dans cette équipe. Le retour de Morgan Parra à la tête de l’équipe est le signe que le staff a pris la décision de laisser les joueurs livrés à eux-mêmes. C’est ce qui pouvait leur arriver de mieux. »

Serait ce une désertion ? Ou tout simplement une mise à pied du coach et de son entourage par les joueurs eux-mêmes ? Vraiment difficile de pouvoir savoir. Parra serait-ce comme le sauveur suprême ? Le neuf de Clermont, délaissé par l’entraîneur national depuis plusieurs années, revient en catastrophe jouer les parachutes, ou le para-tonnerre. Un caractère de demi de mêlée, trop forte personnalité ? Aboyeur, meneur d’hommes, Parra, sous l’ère PSA, n’a joué que quelques malheureuses minutes pendant les matches. Il était « fantomatique ». C’est ce fantôme qui revient aujourd’hui peut être sauver l’Equipe de France.

A noter que ces sources sont tirées du Nouvel Observateur, il faudra confirmation dans les jours à venir. Dès que nous aurons plus d’informations, nous vous tiendrons au courant.

SOURCE : Par Serge Raffy du Nouvel Observateur

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *