Nyanga compare le vin et Michalak

Yannick Nyanga est un expert en vin, il ne se dérange pas pour comparer les joueurs à celui ci. L’un des joueurs, un certain Frédéric Michalak, aurait un des points communs avec le bon vin.

Dans le journal Midi Olympique, Yannick Nyanga revient sur l’évolution de Frédéric Michalak. Pour lui, l’ouvreur de la Rade a énormément appris aux côtés de Jonny Wilkinson.

« Incontestablement, côtoyer Jonny Wilkinson l’a influencé sur sa manière d’aborder les tirs au but. De collaborer au quotidien avec lui, a modifié sa manière d’aborder ce secteur. Il s’est inspiré de son fonctionnement, avec ces séances « bonus », où il travaille seul des heures durant. »

De plus, il affirme que son coéquipier du XV de France se remet très souvent en questions pour essayer de s’améliorer, encore et toujours. Il estime que ses piges en Afrique du Sud lui ont été très favorables.

« Frédéric ne s’est pas réveillé face au Canada ! Quand il part de Toulouse en 2007, il a perçu qu’il était dans une situation d’échec, il a cherché quelles étaient les meilleures solutions pour lui. Il a pris le risque d’aller en Afrique du Sud pour voir une autre manière de travailler. Lors de son premier passage, il a eu une approche différente par rapport à la préparation physique. Quand il est revenu des Sharks, la deuxième fois, il avait encore de nouvelles
idées. Fréderic se pose énormément de questions. On met souvent en lumière son talent inné, qui est réel. Mais Fred
n’est plus le même qu’en 2003. Je n’aime pas parler de maturité mais simplement d’évolution. C’est quelqu’un qui se remet en cause énormément et tout le temps. »

A la Fin, Yannick Nyanga estime que Frédéric Michalak a toujours été un joueur qui dirige et emmène une équipe, que ce soit avec les Bleus ou avec le Stade-Toulousain, dès ses débuts.

« Fred, a toujours été un leader. C’est sûr qu’à 20 ans, il n’allait pas expliquer le rugby aux trentenaires du Stade toulousain mais c’était déjà le chef de meute des jeunes. À l’époque, je le côtoyais qu’en équipe de France moins de 21 ans. C’était déjà le patron derrière. L’âge avançant, il a plus d’expérience et le met au service des joueurs qui n’ont pas vécu tout ce qu’il a pu vivre. Sa carrière est riche. Il a une belle évolution. Comme le bon vin, il se bonifie en vieillissant.

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *