Mourad Boudjellal s’en prend à Montpellier, au Racing et à Clermont !

Interrogé dans les colonnes du Dauphiné, le président du Rugby Club Toulonnais Mourad Boudjellal a évoqué, à l’approche des demi-finales du Top 14, l’énorme écart qui règne entre Toulon et les trois autres demi-finalistes que sont Clermont, Montpellier et le Racing 92.

Il rappelle notamment que le Racing 92 et Montpellier sont dirigés par des milliardaires et Clermont par le groupe Michelin, tandis que Toulon a créé une réelle économique depuis une dizaine d’années désormais. 

« Je me retrouve en demi-finales du Top 14 face à trois multinationales et je suis quelque part la seule entité physique avec ses petits sous, sa petite économie, avec sa petite vie normale. Je n’ai pas d’avion privé, contrairement aux trois autres. Jacky Lorenzetti va prendre son jet privé pour aller à Rennes, Mohed Altrad aussi et Eric de Cromières va prendre l’avion de Michelin et, moi, je vais prendre ma petite valise et mon petit TGV, avec un billet en première classe, je l’avoue. Quel que soit le résultat du match, rien que ça, c’est une victoire. Je suis le seul qui a une économie réelle. On n’a pas les moyens de ces gens-là. On construit une économie réelle. Les sous, avant de les dépenser, il faut les créer, eux les ont créés ailleurs. Ils les dépensent dans le rugby, ce qui ne me dérange pas. Je suis pour la liberté totale. Mais je suis pour aussi qu’il n’y ait pas de confusion. C’est à dire que ces clubs-là, s’il n’y a pas les multinationales derrière, leur économie ne leur permet d’être en demi-finales. Nous, oui. On en a vu les premiers signes dimanche, quand les tribunes de Montpellier étaient très clairsemées. Cela prouve bien que l’engouement n’est pas une source première de motivation dans le projet de Montpellier. Il n’y avait personne au stade. Pourtant, il me semble qu’un quart de finale du Top 14 n’est pas commun chez eux, c’est quand même un événement. Chez nous, ça l’aurait été un peu moins. Chez eux, c’est quand même un bel événement. Dans un stade vide, c’était un peu la honte. A Clermont, il y a du monde : le CE de Michelin œuvre beaucoup. Et au Racing, pour l’instant, il n’y a personne ; il y aura certainement du monde quand il aura fait son stade. Je l’espère pour lui. Mais ce sont des projets qui se construisent avec de l’argent qui s’est fait ailleurs. Ils viennent mettre de l’argent dans le rugby, ça ne me dérange pas, mais il faut que ce soit dit. »

Selon Mourad Boudjellal, Jacky Lorenzetti, Mohed Altrad et le groupe Michelin peuvent se permettre d’acheter le Top 14 quand Toulon le gagne.

« C’est-à-dire que le Top 14, ça se gagne, eux l’achètent. C’est complètement différent. Moi, je pense l’avoir gagné parce qu’il a fallu que je constitue le budget. Je me suis dit :  »comment faire pour monter un budget aussi haut ? » Il a donc fallu créer une économie, il a fallu être performant. Moi, je n’ai pas de partenaires avec qui j’ai des relations commerciales par ailleurs, j’ai des vrais partenaires. Je prends ma petite mallette, je vais les voir, je négocie, je leur vends mon club et je ne vais pas leur dire :  »On a un contrat de tant de millions à côté, ce serait bien que vous soyez partenaire chez moi, sinon le contrat d’à côté va disparaître ». On n’est pas du tout dans le même monde. Je suis encore assez fier de pouvoir encore un peu lutter, je ne le pourrai pas longtemps car ils ont des moyens tellement surdimensionnés, mais je peux encore un peu cette année. »

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

2 thoughts on “Mourad Boudjellal s’en prend à Montpellier, au Racing et à Clermont !

  • 15 juin 2016 at 13 h 56 min
    Permalink

    Pauvre homme ! Mais méritant, hein !

    Reply
  • 15 juin 2016 at 22 h 53 min
    Permalink

    C’est une blague ????? Lire de bêtises pareilles !!!!
    Que ce cher Monsieur, si humble de sa personne, prennent les bons renseignements avant d’avancer quoi que ce soit sur le fonctionnement dans les autres clubs et sur leurs supporters.
    Exemple : ce n’est pas au CE Michelin qu’on trouve des places de rugby. La Yellow Army est composée avant tout de Clermontois, d’Auvergnats.
    Et pourrait-il nous rappeler le nombre de joueurs français dans son équipe du RCT ? Combien était payé Wilkinson, sans parler de tous les autres ?
    S’il y a bien un club de rugby en France dont la mentalité se rapproche le plus de celle du foot, c’est bien son grand RCT avec sa petite économie…on va bientôt le plaindre.
    A bon entendeur…

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *