Lorenzetti, énervé, a des mots très durs !

Alors que son équipe a chuté à domicile face au Stade français, réduit à 14 pendant plus d’une heure, Jacky Lorenzetti a du mal à digérer la défaite.

Il n’hésite pas à fustiger ses joueurs et les mettre face à leurs responsabililtés. Un coup de gueule du président alors que le Racing a toujours la gueule de bois après cette déconvenue.

Le revers face au Stade français a du mal à passer. Et Jacky Lorenzetti s’en est pris à ses joueurs. Le président du Racing n’a pas mâché ses mots en parlant de « pire défaite de la saison à tous les niveaux« . Pour lui, ses joueurs « ont méprisé l’adversaire ». « Je suis en colère car ils se sont mentis« , ajoute-t-il dans un entretien à L’Equipe. « Certains sont venus s’excuser après le match. Mais s’excuser, c’est trop facile. Moi je préfère qu’ils fassent le boulot sur le terrain. Ils ont des obligations« .

Des obligations qui manifestement n’ont pas été remplies par les joueurs. Si pour Lorenzetti, « le seul qui a surnagé c’est Maxime Machenaud », pour le reste « c’est un naufrage collectif, une déconvenue totale« . Il remet même en cause la qualité de son équipe: « Je pensais que nous avions digéré notre élimination en coupe d’Europe. Mais finalement nous ne sommes pas une grande équipe« . Depuis leur défaite dans les dernières secondes face aux Saracens il y a un mois, les Racingmen n’ont plus gagné. Ils se sont faits accrocher par Montpellier à domicile, puis ont perdu à Oyonnax avant de s’incliner donc ce dimanche face au Stade français. Une dernière déception d’autant plus dure à encaisser puisqu’elle est face à leur « adversaire viscéral » , ce qui représente ironiquement « la cerise sur le gâteau » pour le président.

Remonté, il estime que les Ciel et Blanc « ont oublié les fondamentaux du rugby« . Le carton rouge reçu par Sergio Parisse à la 19e minute représente pour lui le tournant du match. Pas forcément celui qu’il aurait espéré et c’est par la métaphore qu’il le fait comprendre. « A partir de là nous avons joué avec des sacs de plomb et sans cervelle. Nous avons été fantomatiques« .

Mais le patron du Racing ne s’arrête pas là car pour lui c’est une véritable faillite de la part de ses joueurs. « On est à la limite de la faute professionnelle. Et si je parle de faute professionnelle, c’est parce que je fais le parallèle avec le monde de l’entreprise d’où je viens« . Un milieu entrepreneurial qui le fait voir plus loin que le simple terrain. Pour lui cette défaite aura un impact « sur le plan sportif naturellement mais aussi sur le plan économique« . Car le président s’inquiète aussi du déficit d’image que ces mauvais résultats peuvent avoir sur le club.

Le Racing, toujours en course pour la qualification, n’est maintenant plus que sixème avec trois points d’avance sur Montpellier. Un cran au dessus (5e, avec le même nombre de points), se trouve Oyonnax. Une situation qui déplait fortement au président. « Voir Oyonnax devant nous me file des boutons. Il doit y avoir une masse salariale inférieure à la notre de 40%« , fait-il remarquer. Mais il n’y aucune animosité envers le club de l’Ain, au contraire, il aimerait que les Franciliens le prennent en exemple: « Cette équipe démontre un comportement remarquable. On a tous envie de voir nos joueurs avec la même envie et la même abnégation qu’Oyonnax« .
Quoi qu’il en soit, la semaine s’annonce agitée au Racing. Certains joueurs pourraient bien en faire les frais. « Il y aura des sanctions purement sportives de la part des entraîneurs« . La Rochelle, futur adversaire, est prévenue: le Racing viendra samedi très remonté à Marcel-Deflandre.

Source : Rugbyrama

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *