L’impensable destin de Tony Moggio…

Il y a des histoires comme celle ci qu’on aimerait pas vous conter. Le destin de Tony Moggio, rugbyman amateur qui a vu sa vie basculer sur un terrain.

Nous sommes le 7 février 2010, Tony Moggio est en vacances quand il reçoit un appel de son entraîneur, qui lui annonce que son remplaçant est malade et qu’il va avoir besoin de lui. Tony Moggio est le talonneur de Castelginest et ce weekend là, son équipe se déplace à Labarthe-sur-Lèze.

Tony Moggio

« C’est la 5ème mêlée, on est dans le bon tempo. Mais là, mon pilier refuse l’entrée, il se relève trop vite. Je n’ai plus de soutien à droite, la mêlée tourne, je me retrouve coincé, impossible de sortir. Je sens une énorme pression. Et j’attends que ça craque. Au premier craquement, comme une lumière, je m’éteins. »

La moelle épinière de Tony a rompu sous la pression du pack (près d’une tonne et demi de pression). Il est paralysé. Les pompiers et le Samu l’héliportent à l’hôpital Rangueil de Toulouse. Le diagnostic est sévère : Tony aurait dû mourir mais il restera tétraplégique à vie, voire branché à des machines jusqu’à la fin de sa vie. Il ne doit sa survie qu’à deux ganglions musculaires au niveau de la nuque qui ont fait tampon au moment du choc. Tony se bat, et contre toute attente, il parvient à gagner en mobilité au niveau de ses membres supérieurs. Il retrouve l’usage de la parole, apprend à guider son fauteuil, repasse même son permis.

 

« Au centre de rééeducation, j’ai vu tellement de gens qui voulaient abandonner… Moi j’ai la chance d’avoir une famille soudée, mes parents, ma soeur, ma compagne, mes amis. Je me suis dit tu respires, il faut que tu te battes »

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *