Les joueurs du LMR réclament la démission de leurs dirigeants

L’union sacrée est bel et bien terminée au LMR. Après avoir bataillé pendant deux mois sa montée en Pro D2 acquise sur le terrain, le club lillois n’a finalement pas eu gain de cause. Débouté par le tribunal administratif de Versailles pour raisons financières, Lille devra finalement démarrer la saison en Fédérale 1. Une immense déception qui entraîne des règlements de comptes. Déçus par l’attitude leurs dirigeants, les joueurs du club viennent de rédiger une lettre commune dans laquelle ils réclament le départ de la direction actuelle.

 

« Nous n’adhérons plus à votre discours »

« Le ressort s’est cassé. Nous n’adhérons plus à votre discours ni à votre projet qui consiste à nous faire payer vos erreurs », taclent les joueurs lillois. « Ils nous ont fait miroiter quelque chose qui était peut-être perdu d’avance », développe Guillaume Auguste, le capitaine du club, qui fustige l’amateursime de la direction. « Si on salue le travail qu’ils ont fait, certaines choses n’ont pas été très claires. On a parlé d’un trou de 400 000 euros puis de 800 000 puis d’un million. Je sais aussi que la façon dont on s’est présenté devant la DNACG est inadmissible », poursuit le deuxième-ligne.

lmrr

Des contrats revus à la baisse

Surtout, à dix jours de la reprise en Fédérale 1, l’effectif n’est toujours pas fixé sur son avenir. Pour la Pro D2, le club aurait bénéficié d’un budget de cinq millions d’euros dans lequel étaient intégrés des contrats revus à la hausse. Sauf qu’en Fédérale 1, le LMR n’aura plus à sa disposition qu’un budget de trois millions. La masse salariale va donc exploser.

Pour combler la différence, les dirigeants ont donc demandé aux joueurs de revoir leurs contrats à la baisse. Et c’est là que le bât blesse. « On veut bien faire des concessions mais il faut que derrière il y ait des garanties. Or ce n’est pas le cas. On veut quelque chose de fiable. Il y a sans doute des gens qui sont prêts à investir dans le club mais qui sont freinés par les dirigeants actuels », estime August.

 

« On a peur pour notre avenir », reconnaît le capitaine Guillaume August

Dans le viseur des joueurs : le président Jean-Paul Luciani, l’actionnaire majoritaire Stéphane Desreumaux et le président de l’association Jean-Pierre Leblon. Une direction qui espère une augmentation de capital pour pouvoir repartir avec le même groupe de joueurs en Fédérale 1.

Sauf que pour l’instant, rien ne vient et provoque l’impatience d’un effectif inquiet « On a peur pour notre avenir. On a fait énormément de sacrifices avec notre famille. On ne veut pas payer les pots cassés. Il faut que les choses bougent pour sauver le club », conclut le capitaine nordiste. Alors que le LMR est censé démarrer la saison dans dix jours, le flou est total et les menaces de dépôt de bilan commencent à planer si aucune solution n’est trouvée rapidement. Dans cette ambiance délétère, le temps presse pour ne pas laisser mourir les espoirs de voir un jour un club professionnel dans le Nord.

 

 

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *