Les joueurs de Montpellier sont furieux et ils s’expriment sans langue de bois

Montpellier s’est incliné à domicile contre le Racing 92, ce samedi après-midi à l’occasion des quarts de finales du Top 14. Il s’agit bien évidemment d’une grosse désillusion pour l’équipe Héraultaise qui avait pour ambition de décrocher le Bouclier de Brennus, début juin.

Dans les colonnes du quotidien L’équipe, le manager de Montpellier, Jake White a fait son mea culpa. Le technicien Sud-Africain a avoué s’être trompé et avoir fait des erreurs. Extrait:

« Cette saison est un échec. J’ai commis des erreurs sans doute, mais je n’ai aucun regret. J’ai toujours essayé de faire les bons choix pour le bien de l’équipe. Après, tous les joueurs du Racing sont internationaux, ils ont aussi l’habitude des phases finales. Gagner sans Bismarck Du Plessis ni Nemani Nadolo est une utopie. »

Le demi-de-mêlée Benoit Paillaugue s’est confié sans filtre dans le quotidien sportif. Il explique carrément s’en « branler » de la saison prochaine. Extrait:

« On est tombés sur plus forts. Point barre. Forcément, on passe pour des cons. C’était pauvre. On n’a eu aucune rampe de lancement, on n’a pas tenu le ballon. Honnêtement, je m’en br… de la saison prochaine. »

La colère est également présente chez le troisième ligne Fulgence Ouedraogo. Extrait:

« On a été trop maladroits, fébriles et imprécis pour être à la hauteur du champion de France. On a très vite été mis sous pression, le Racing a pris le pas mentalement. Le Racing possède des joueurs de classe mondiale quand nous avons dû bricoler une équipe. Il faut revenir avec beaucoup d’ambition et de détermination. »

Dans les colonnes du Midi Olympique cette fois, le talonneur Charles Géli a pesté contre le staff et n’a pas fait de langue de bois. Extrait:

« Cela faisait deux mois et demi que je n’avais pas joué, alors que je n’étais plus blessé. Et là, je dois disputer près d’une heure de jeu et m’acclimater tout de suite à l’intensité d’un barrage… J’ai posé la question aux coachs avant le match : pourquoi me faites-vous confiance d’un seul coup ? Et on m’a répondu : tu comprends, c’est un match couperet… Cela veut donc dire que je ne jouais pas pour des raisons politiques avant cela ! Après on m’a dit que je m’étais mis à l’écart du groupe. Mais ça ne parlait pas un mot de Français, les vidéos se faisaient en Anglais… Et les coachs nous répétaient de manière hautaine qu’en France on était mauvais, qu’on ne savait rien faire et qu’ils allaient tout nous expliquer ! Ces mentalités, je ne peux pas les accepter et c’est pour ça que je me suis mis en travers toute la saison. Ici, moi je viens bosser, pas plus ! 70 % du groupe ne parle pas ma langue et les mecs qui sont là depuis deux ans, esquissent à peine deux mots de français. J’aurais dû aller jouer à l’étranger, comme ça, j’aurais su pourquoi c’était à moi de m’adapter !  C’est la première fois dans ma carrière qu’en l’espace de deux ans, j’ai autant régressé en rugby et progressé en Anglais. »

One thought on “Les joueurs de Montpellier sont furieux et ils s’expriment sans langue de bois

  • 22 mai 2017 at 14 h 35 min
    Permalink

    Suis d’accord avec ces propos, que je sache on est EN  » FRANCE « !!!!!

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *