Les arrières passés à la loupe (1/3) ! Du second degré, très marrant… et assez réaliste malgré tout !

Comme toujours la desencyclopedie nous gratifie d’explication claires, nettes et bien précises qu’il faut toujours et bien évidemment prendre au second degré… Mais qu’est ce que c’est marrant.. et réaliste !

Au rugby, les postes sont liés à la boisson : les avants ont une alimentation faite à base d’apéros, avant les festins habituels (où il est très dangereux de leur offrir du poisson). Ils sont carrément appelés première, deuxième et troisième bar. Les demis sont les moins buveurs, ils n’ont pas le temps, eux qui doivent déjà faire les beaux. Enfin les trois quarts, eux aussi élevés à la bière ou au vin(un bon verre de rouge avant le match leur permet de ne pas trop se les geler), sont tout de même plus « sobres » que les gros.

A lire : Les premières lignes (Les gros) examinés à la loupe

A lire : Les 2èmes et 3ème lignes examinées à la loupe… un régal !

Maintenant place à « la charnière » !

 

  • Demi de mêlée (N°9) : Le plus petit gabarit de l’équipe. Autant dire que le demi de mêlée doit régulièrement être remplacé, pour peu que la troisième ligne d’en face se montre pour le moins hargneuse. Son rôle consiste à introduire le ballon dans la mêlée pendant que les deux packs sont occupés à s’euthanasier joyeusement. Puis, si le troisième ligne centre ne s’en saisit pas, il le récupère à sa sortie. Notons que dans ce deuxième cas, c’est là qu’il risque le plus de se ramasser un énorme troisième ligne sur le râble. Il doit également avoir un bon jeu au pied, si il veut survivre assez longtemps pour finir le match, car expédier loin un ballon peut éviter le plaquage (ou pas hélas … ). C’est souvent le plus malin (et oui, il en faut un quand même, et même si tout est relatif), ce qui lui permet de survivre parfois. Mais la chose rigolote (il faut le visualiser) c’est qu’ il est le plus petit de l’équipe mais qu’il engueule ses avants et fait chier les avants d’en face (ce qui leur vaut le surnom de fouine, merdeux, nabot, nain de jardin, roquet, petite merde). Un bon neuf est à un avant ce qu’ Asterix est à Obelix, l’avant ne sait jamais trop sur qui il doit taper, son maillot comme celui des autres étant couvert de boue, il attend donc que le demi de mêlée le lui indique en déclenchant une générale.
  • Demi d’ouverture (N°10) : C’est celui qui ressemble au mannequin de la pub Armani. Généralement un ancien footballeur qui a su retrouver sa lucidité, il doit pouvoir alimenter intelligemment ses trois quarts en bons ballons, tout en étant parfaitement coordonné avec son demi de mêlée. Théoriquement un des joueurs les moins exposé au plaquage avec l’arrière, cela peut très rapidement changer pour peu qu’il s’aventure au delà des 22 adverses en possession du ballon. Il doit être lucide quand les avants ont le nez dans la boue et l’esprit au même endroit. Star de l’équipe, c’est grâce à son génie que l’équipe gagne, mais c’est de la faute des gros qui se sont échappés si l’équipe perd. Un type aurait un jour vu un ouvreur plaquer, en 78, et c’était en Nouvelle Zélande.

A lire : Les ailiers et les centres examinées à la loupe… un régal !

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *