Le réveil de l’Irlande

Au vu des dernière années, on pourrait dire que le XV du Trèfles est l’extrême opposé du XV de France de Philippe Saint-André. Avec une série de 8 victoires consécutives (série en cours) les irlandais sont désormais la 4ème nation mondiale devant l’Australie mais tout de même derrière l’Angleterre. Une performance due notamment à l’arrivée de Joe Schimdt aux commandes des verts. Un technicien reconnu pour son perfectionnisme qui a conduit toutes les équipes qu’il dirige, à la victoire. En cinq ans, le néo-zélandais a gagné au moins un titre par saison, que ce soit aux côtés de Vern Cotter avec l’ASM, ou avec le Leinster qu’il a mené sur le toit de l’Europe à deux reprises. Contrairement aux bleus, les irlandais s’inscrivent dans la régularité au niveau des résultats. Vainqueurs du tournoi l’an passé, et auteurs d’une bonne tournée de novembre qui s’est soldée par deux grosses victoires face à l’Australie (26-23) et l’Afrique du Sud (29-15), ils font désormais parti des nations majeures et sont même considérés par certains analystes comme la meilleure nation de l’hémisphère nord.

Et pourtant, en 2013, les irlandais n’étaient pas au mieux… Avant derniers du tournoi devant la France, défaits en Italie pour la première fois de son histoire (22-15) les verts semblaient être au fond du trou. Une remise en question profonde a été opéré de la part du staff mené par Joe Schmidt faisant émerger de nouveaux talent et en en installant d’autres à des postes clés comme Jonathan Sexton, désormais l’un des leader les plus important de l’équique en qui le staff a mis sa confiance.

Exit la génération des O’Driscoll, O’Gara, voici la génération des Sexton, Kearney, Murray ou Heaslip, pratiquant un rugby plus pragmatique mais rondement efficace comme veut le voir Joe Schmidt. En ayant appris aux côtés des plus grands, cette nouvelle génération qui éclot aujourd’hui est capable de marquer l’histoire du rugby irlandais.Le match de ce soir contre la France sera un véritable test pour les irlandais puisqu’ils  voudront marquer leur territoire avant la coupe du monde face à une équipe qui ne lui réussit pas, puisque ces deux équipes se retrouveront en phase de poule. Une coupe du monde qui pourrait pourquoi pas être témoin du réveil de l’Irlande.

Paul-Antoine LECLERCQ

R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *