Le Racing vient de prendre une décision pour Ali Williams !

Dans la nuit du 24 au 25 février dernier, le deuxième ligne Ali Williams et le trois-quarts James O’Connor ont été arrêtés à Paris en possession de 2,4 grammes de cocaïne.

Dans la foulée, les deux joueurs ont été mis à pied par leurs clubs respectifs. Le Francilien passera devant le tribunal pour trafic de stupéfiant tandis que le Varois a écopé d’une amende. Par ailleurs, les deux joueurs devront s’expliquer devant la Commission de discipline de la Ligue Nationale de Rugby le mercredi 29 mars prochain et risquent une longue suspension.

Interrogé dans les colonnes du Midi Olympique de ce vendredi, le président du Racing 92, Jacky Lorenzetti a annoncé avoir pris une décision radicale dans cette affaire: il va tout bonnement licencier son joueur. Extrait:

« Ali est un chouette type. Un chouette type qui a pété les plombs. C’est humain : quand on est au sommet, on a tendance à se croire intouchable, invincible. Mais personne ne vit sur une canopée. C’est inexcusable. Le club a mis à pied le joueur en apprenant sa garde à vue. Il n’est plus ambassadeur du Racing et, malheureusement, Ali Williams sera bientôt licencié. Mais cela ne nous empêchera pas de l’écouter et de lui donner un coup de main en dehors du rugby. Personnellement, je lui ai juste conseillé de se mettre au vert quelque temps. »

Le président Francilien revient notamment sur les explications qu’il a reçues de la part de son joueur. Extrait:

« C’est une suite de circonstances. Il a fait la fête, ils étaient tout un groupe… Bon… Lui a été contrôlé négatif à la coke. Je ne dis pas que ce n’est pas un consommateur. Mais je l’ai vu le lundi et l’homme était effondré. Sa vie a basculé. Ali avait devant lui un boulevard, une autoroute même. Il aurait pu faire de grandes choses à la fédération néo-zélandaise ou ailleurs. Et il a tout foutu par terre. »

Pour conclure, Jacky Lorenzetti découvre que la cocaïne est peut-être devenu un fléau dans le rugby. Extrait:

« Je ne vois pas le mal partout. Je suis d’un naturel optimiste mais je découvre aujourd’hui ce qui est peut-être un fléau. Moi-même, je ne suis pas consommateur. Je n’ai même jamais tiré sur un joint de ma vie. J’aurais donc tendance à être intolérant. »

Pour éviter que ce genre d’affaire se reproduise, le patron du club Francilien a décidé de prendre des mesures. Extrait:

« Nous allons d’ailleurs prendre des mesures. La saison prochaine, nos joueurs pisseront dans une fiole et seront contrôlés tous les matins. La semaine dernière, Thomas Lombard me disait qu’à l’époque où il jouait en Angleterre, il était contrôlé tous les jours par le médecin de son club. Alors pour nous, la solution sera peut-être de transformer nos joueurs en Manneken-Pis… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *