Le président du Stade-Français en a ras-le-bol

Le Stade-Français s’est encore incliné à domicile ce week-end, à l’occasion de la 16ème journée du championnat. Le champion de France en titre pointe actuellement à la 11ème place. Très médiocre, ce qui a le don d’énerver Thomas Savare, le président Parisien.

Le président du Stade-Français n’a pas mâché ses mots après la défaite de son équipe contre Grenoble, ce samedi après-midi. Selon Thomas Savare, le championnat est devenu une véritable mascarade à cause des doublons.

« Ce n’est plus un Championnat, c’est une mascarade ! On continue de jouer chaque week-end en faisant semblant de croire que ce Championnat est équitable. Mais c’est tous les ans la même chose. Quant aux années de Coupe du monde, c’est encore plus exacerbé. Peut-être qu’un jour les choses vont changer. Mais il faudrait déjà que les gens se parlent puis se mettent d’accord. Sauf que tous les clubs n’ont pas les ­mêmes objectifs, notamment ceux qui n’ont pas d’inter­nationaux. Pour eux, ce n’est pas la priorité de réduire le nombre de doublons. »

Pour lui, la solution serait de passer à un championnat à douze clubs.

« Un Championnat à douze clubs. C’est ce que je préconise depuis quatre ans. C’est inévitable si on veut un Championnat équilibré et adapté au calendrier inter­national. C’est la solution la plus simple et la plus efficace. »

Pour autant, il croit encore aux chances de son équipe de se qualifier parmi les six premiers.

« On n’est pas à notre place, mais on va continuer à se battre jusqu’à la fin de la saison. C’est une année compliquée à cause du Mondial. On était prévenus. Le problème, c’est qu’on est beaucoup plus bas qu’on ne l’avait imaginé. Ce n’est pas terminé. L’exploit est encore possible, même si je ­reconnais que l’espoir est mince. Il ne reste que deux doublons, on va donc finir par récupérer nos joueurs. La saison est loin d’être finie. »

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *