« Je ne suis pas raciste » : le supporter de la Section Paloise soupçonné dans l’affaire Timoci Nagusa témoigne

A l’issue du match de rugby de Top 14 Section Paloise/Montpellier, samedi dernier, l’ailier fidjien de Montpellier a déclaré sur son compte Twitter qu’un supporter l’avait traité de « singe », alors qu’il sortait sur carton jaune. Celui-ci se défend de tout propos raciste.

Canal Plus, qui filmait la rencontre, et France 3, ont diffusé des images où l’on voyait un supporter huer le joueur mais sans le son. Ces images et le tweet de Nagusa ont très rapidement circulé sur les réseaux sociaux.

La condamnation a été unanime

La réaction a été très rapide. Le club a immédiatement annoncé que le supporter serait identifié et sanctionné. Les réseaux sociaux se sont déchaînés.

Ce supporter s’est présenté de lui-même au président de la Section Paloise dès qu’il a compris ce qui se passait. Aujourd’hui il a décidé de donner sa version des faits.

« J’étais accroché à la rambarde je viens activer l’arbitre parce que j’étais en colère à la longévité qui prenait pour mettre le carton. Il était revenu sur décision pratiquement. Et c’est vrai, j’étais surpris de voir le joueur venir vers nous à la fin du match. Apparemment, ils nous auraient dit des mots que moi je n’ai pas entendu mais il nous a dit quelque chose. Et c’est au moment où il est reparti qe je me suis relevé sur la rambarde et c’est vrai que je l’ai hué mais à aucun moment je n’ai voulu le salir en imitant quoi que ce soit  d’animal. Moi je voudrais au moins pouvoir l’avoir par téléphone, m’entretenir avec lui; déjà pour lui dire que je suis désolé qu’il est pu l’imiter en quoi que ce soit d’animal. Et voilà, m’entretenir avec lui, et à la rigueur  le rencontrer un jour « 

« Bernard Pontneau est un grand monsieur »

Ce supporter rend hommage au président de la Section Paloise qui a reconnu sur France Bleu Béarn qu’il n’avait pour l’instant aucun élément qui confirme la tenue de propos racistes.

« J’ai eu quelques témoignages de proximité, même un témoignage de la sécurité qui ne prouve pas les faits par rapport quelconques insultes racistes ou gestes. Voilà moi où j’en suis dans mon investigation, j’ai vu la personne aussi et bon ehhhhh  ( il réfléchit ) je peux pas mettre en doute sa sincérité dans le sens où c’est un acte de foi envers ce que dis Monsieur Nagusa et le monsieur en question me dit le contraire donc voilà ou j’en suis. Les réseaux sociaux, comme ils en ont l’habitude s’acharnent et il faut faire attention. Je pense que toutes façons les investigations vont continuer que ce soit de ma part et d’autres. Le fait que la ligue et la féde ( FFR ) resteront pas la dessus. Il faut réagir là dessus et même essayer de gratter un petit peu plus par rapport à la véracité des faits. Par rapport aux faits, et bien pour moi il faut pas avérer donc faudrait quand même que les gens se calment un petit peu Laissons faire aux gens leur travail et investiguer davantage avant de condamner » 

Face à la haine, il a peur pour sa famille

Certains sont allés très loin sur les réseaux sociaux en donnant son nom de famille, son adresse et le nom de son entreprise. Il a eu peur pour son emploi, pour son fils qui joue aussi au rugby. Il a reçu des menaces s’il revenait au stade du Hameau.

 » Que les gens arrêtent de me salir sur les réseaux sociaux, par rapport à ma famille, de salir mon nom, il y a des gens qui se sont permis de dire ma situation professionnelle, de dire ou j’habitais, qui j’étais. C’est triste je suis accablé de tout ça, je suis salis et j’ai l’impression d’être regarder par tout le monde alors que je n’ai rien fait. Il y avait des centaines de joueurs qui huer le sport. Depuis que je suis né, je suis toujours dans le rugby, je suis issue du club juste à côté , du village à côté de Pau, le club du pont Long, où je suis bénévole. Cette année ils me font encore confiance et voilà je suis très fier. Les enfants me rendent la joie daller au rugby avec eux. Aujourd’hui je pense que je vais prendre beaucoup de recul, pour ne pas aller, vu la menace de certaine personne qui m’ont promis qui s’occuperait de moi sur les réseaux sociaux. Je pense que je vais éviter d’envenimer d’autres choses  et mettre encore le club de la Section Paloise en défaut par rapport à certaines personnes qui sont complètement à côté de la plaque »

Ce supporter qui souhaite rencontrer Timoci Nagusa pour s’expliquer, se réserve la possibilité de poursuivre les personnes qui ont diffusé son nom et son adresse sur les réseaux sociaux.

Ce passionné de rugby supportait jusqu’ici la Section Paloise en pelouse, c’était la première saison où il prenait un abonnement en tribune avec son fils. Désormais c’est quelqu’un d’autre qui l’accompagnera. Il ne veut pas créer d’incident.

Heureusement son club du Pont Long, où il est bénévole, lui a renouvelé sa confiance.

Vu et entendu sur France Bleu

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

One thought on “« Je ne suis pas raciste » : le supporter de la Section Paloise soupçonné dans l’affaire Timoci Nagusa témoigne

  • 4 septembre 2015 at 12 h 06 min
    Permalink

    Ce monsieur , non ce gugusse , est un abruti et en plus il manque de C…. Lorsque que l’on fait une connerie on assume . Les images de canal + sont terribles pour lui .
    Ce type de comportement ne merite aucune excuse , il y en a marre de voir ça.
    L’agent de securité qui dit n’avoir rien vu devrait porter des lunettes et changer de métier ( là aussi les images parlent d’elles memes)
    Et oui  » le beau ciel de Pau  » n’empeche pas qu’il y ait aussi de pauvres types

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *