France-Italie menacé ?

Depuis ce funeste vendredi 13 novembre et ce France-Allemagne au foot, aucun match n’a été joué au stade de France… France-Italie s’annonce sous haute tension.

Le si beau Stade de France va rouvrir ses portes à l’occasion de la première journée du Tournoi des 6 nations.
Le dispositif de sécurité va être très renforcé. Il y a quelques jours, toutes les parties concernées par l’événement se sont réunies : Policiers, Renseignements généraux, Secouristes, Pompiers, préfecture, SNCF, RATP, FFR… Ils ont tous décidés d’augmenter le dispositif de sécurité.
Il y aura 250 policiers au lieu de 100 habituellement, des chiens démineurs et des snipeurs. Ces derniers seront épaulés de 900 agents de sécurité (750 habituellement).

« Tout ce qui concerne le stade lui-même est du ressort de la FFR, explique Robert Broussard, le président de la commission de sécurité de la Fédération. Elle emploie des sociétés privées pour les palpations, les mises en consigne d’objets encombrants… En revanche, pour l’accueil dans l’enceinte et l’accompagnement des spectateurs, ce sont des volontaires et bénévoles, tous licenciés à la FFR. Il y en aura entre 250 et 270, et près de la moitié sont d’anciens policiers. » interview

Dès midi, des barrages filtrants seront mis en place aux abords du stade. L’ensemble des spectateurs seront fouillés. Ensuite une seconde fouille aura lieu avant de pénétrer dans le stade. Il va falloir arriver plus tôt que d’habitude si vous souhaitez assister à l’ensemble de la rencontre. Les retardataires seront quant à eux, encore plus fouillés. Les VIP seront logés à la même enseigne et devront donc passer par la case fouille.

« Il n’y aura aucun passe-droit, même avec les invités, dans les loges, pour lesquels on est en général plus conciliants. Nous avons réalisé un gros travail de communication, notamment auprès des supporteurs italiens et irlandais, puisque France – Irlande a lieu le samedi suivant. On incite tout le monde à ne pas porter de sac de sport ou de sac à dos, car ils seront directement placés en consigne. »Interview

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *