Eliota Fuimaono-Sapolu sort du silence et ses mots frappent…

Souvenez vous, lors de la coupe du monde 2011, Eliota Fuimaono-Sapolu avait été suspendu pour ses propos, a décidé aujourd’hui de sortir du silence.

Si vous êtes un fervent supporter de rugby, vous vous souvenez sans doute de cette coupe 2011 et de cette affaire dont on a beaucoup entendue parler. Alors qu’on était en plein dans la compétition Eliota Fuimaono-Sapolu avait porté un coup de gueule, par le biais des réseaux sociaux, pour dénoncer les instances dirigeantes du rugby mondial.
Le centre Samoan reprochait que les « petites nations » étaient considérablement désavantagées au profit des meilleures équipes. Il qualifiait l’IRB devenu World rugby « d’esclavagiste », ou encore l’arbitre Nigel Owen de raciste malhonnête.

« Je n’ai jamais fait le choix de mettre un terme à ma carrière, World Rugby l’a fait. Ils avaient envoyé un courrier à la fédération samoane, mettant la pression afin que je ne sois plus sélectionné. J’ai la lettre », a expliqué Eliota Fuimaono-Sapolu au journal l’équipe.

« Nous avions appris sur ce qu’est vraiment World Rugby. Les matchs truqués. L’argent. Et l’oppresion. Nous arrivions à la compétition en ayant battu assez facilement l’Australie chez elle. Mais jouer deux matchs en trois jours, puis deux matchs en quatre jours, contre des équipes de qualité bien reposées, c’était trop. Nous avions dominés contre l’Afrique du sud, les Tonga avaient battu la France, mais les petites équipes n’ont pas les mêmes chances. Le président de la fédération galloise, Daivd Pickering, était à la tête du comité de sélection des arbitres. Il avait choisi un arbitre gallois pour un match, Samoa contre Afrique du sud, qui influait sur la qualification du pays de Galles en quart de finale. J’ai publié un « tweet » sur le traitement injuste des nations du « tiers 2″, j’ai été suspendu six mois ».

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *