Ce président de Top 14 demande clairement à Paul Goze de quitter la Ligue Nationale de Rugby !

Le président du Rugby Club Toulonnais, Mourad Boudjellal s’est confié au micro de Canal ce mercredi soir. Ce-dernier est revenu sur sa bataille avec la Ligue Nationale de Rugby concernant le report des matches Castres/Stade-Français et Montpellier/Racing 92.

Ainsi, le patron du RCT affirme que le président de la LNR, Paul Goze a réalisé une faute grave qui remet d’ailleurs en question son poste de président de la Ligue. Il s’explique. Extrait:

« Pour moi, le président de la Ligue Nationale de Rugby a commis une faute majeure qui vient remettre en question sa position de président de la Ligue Nationale de Rugby. Il a lui même reconnu qu’il a été informé huit jours avant de la création de cette fusion. Je pense qu’il était au courant de cela bien avant. Mais bon, imaginons huit jours avant. Il avait donc entre les mains une information capitale pour le rugby français. Il n’a jamais informé le président de la Fédération Française de Rugby qui est son autorité de tutelle. Cela s’appelle une faute grave. C’est-à-dire qu’il a fait passer l’intérêt de deux clubs avant les intérêts supérieurs du rugby, où peut-être on aurait pu anticiper une situation de crise, ce qui aurait évité ces reports. Il a dit lui même qu’il avait été tenu au courant huit jours avant. C’est-à-dire qu’il avait le devoir et l’obligation d’en informer le président de la Fédération Française de Rugby. C’est une information stratégique pour le rugby français, pour le Top 14, dont il doit mesurer les effets avec son autorité de tutelle et il ne l’a pas fait. On en paie les conséquences aujourd’hui. »

Lorsque le journaliste lui demande pourquoi il s’occupe de ce genre d’affaire qui ne concerne pas directement le club de Toulon, Mourad Boudjellal rappelle que cela touche l’équité générale du championnat français. Extrait:

« Aujourd’hui, nous sommes dans un championnat où l’équité est indispensable. Tous les clubs qui se battent aujourd’hui pour être dans les six premiers doivent s’assurer de l’équité de ce championnat, et ce n’est pas le cas. Au passage, le président de Toulon n’est pas au comité directeur et il n’a donc pas moyen de faire entendre sa voix contrairement à d’autres présidents qui, apparemment ne la font pas entendre pour des raisons diverses et variées. En tant qu’acteur du rugby, je pense que l’équité du Top 14 n’est pas respectée. Ces gens ont eu des informations entre leurs mains et ils n’ont pas su en évaluer la teneur. Pour moi, c’est très clair. » 

Il en profite pour expliquer que la Ligue est complètement perdue depuis ce mercredi. Il précise que la Ligue ne peut en aucun cas décider de faire jouer les deux matches reportés sans l’accord de la FFR étant donné que c’est la Fédération qui désigne les arbitres pour les matches de Top 14 et de Pro D2. Extrait:

« Si vous lisez le dernier communiqué de la Ligue, vous voyez qu’ils sont complètement dépassés. Ils disent que les deux matches reportés vont quand même se tenir. D’accord, mais avec quels arbitres ? C’est la Fédération qui désigne les arbitres. Bernard Laporte représente aujourd’hui l’autorité suprême du rugby français. Il n’a pas besoin de mon soutien ou celui de Mohed Altrad. Nous venons seulement au soutien du bon sens et de l’équité. Le mot équité a disparu ces-derniers temps et on a envie qu’il revienne dans le rugby. Accessoirement, j’ai envie de vous faire remarquer que le fait que les matches ne soient pas reportés et déclarés forfaits, cela n’arrange pas du tout Toulon au niveau du classement. Mais ce n’est pas très grave car il est plus important qu’il y ait une bonne équité dans le Top 14 que plutôt viser nos intérêts personnels. Cela a été trop le cas dans le rugby français depuis trop de temps. »

Pour conclure, Mourad Boudjellal affirme que c’est le match entre Grenoble et Toulon qui aurait dû être reporté suite à l’affaire de viol qui touche le club Isérois depuis une dizaine de jours. En effet, il estime que cette situation était bien imprévisible contrairement au projet de fusion entre le Racing 92 et le Stade-Français, étant donné que Paul Goze était au courant de ce projet huit jours avant l’annonce. Extrait:

« Est-ce que vous pensez que Bayonne aurait réalisé le même match contre Bordeaux s’ils ne pensaient pas jouer leur maintien en Top 14 ? Aussi, je suis très surpris que pour des raisons comme celles du Racing et du Stade-Français ont parle de cas de force majeure et dans un dossier aussi difficile que celui de Grenoble où les joueurs ont traversé une semaine terrible – je peux vous le dire car on y était et les gens étaient abattus et effondrés par ce qu’il s’était passé – à aucun moment la Ligue ne s’est dit qu’il fallait décaler ce match. Là, on l’aurait accepté car là on est vraiment dans un contexte imprévisible. Mais simplement, le vendredi, car on a des relations un peu privilégiés, on dit que le match du Racing 92 sera reporté, comme celui du Stade-Français. On marche sur la tête. Ce n’est plus cela le rugby ! Le rugby a longtemps été des arrangements entre amis. Mais aujourd’hui c’est terminé ! Le rugby est professionnel et on a un devoir d’équité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *