Au-revoir l’Aviron…

Un après-midi riche en émotions. Après avoir suivi le condensé des sept matches de cette 26ème et dernière journée de Top 14, l’heure est venue d’établir le bilan. Des grands gagnants aux grands perdants. La fin d’une aventure pour certains, le début de la fin pour d’autres….
Voici le bilan de la saison régulière de l’édition 2014-2015 du Top 14 !

Les admis d’office
C’est sans grande surprise que nous retrouvons le RCT et l’ASM occuper les deux premières places du général. Nos deux finalistes de la coupe d’Europe, ont, cette saison encore, dominé les débats, et se retrouvent ainsi directement qualifiés pour les demi-finales. Elles se joueront les 5 et 6 juin prochains.
En attendant de connaître le nom de leurs adversaires respectifs, les deux équipes vont pouvoir bénéficier d’un week-end de repos, qui est le bienvenu. Car, ayant enchaîné coupe d’Europe et fin de saison de Top 14, la fatigue se fait sentir dans les deux camps. Néanmoins, Toulonnais et Clermontois finissent sur une bonne note en s’imposant respectivement 46-17 face à l’USO et 17-29 sur la pelouse du MHR. Une saison accomplie mais loin d’être terminée.
Car en effet, la finale est encore loin, et les concurrents qui se présentent pourraient bien jouer les troubles fêtes. Le RCT réalisera t-il une nouvelle fois le doublé ? Le suspens reste entier…

L’image du match entre le MHR et l’ASM est cette retrouvaille entre les futurs coéquipiers du XV de France, Morgan Parra et François Trinh-Duc. Une conversation détendue entre les deux joueurs, qui se retrouveront en juillet prochain lors des stages du XV de France.

ASM

Deux places pour quatre
Alors que Toulouse et le Stade Français étaient certains de se qualifier pour les barrages du Top 14, la lutte faisait rage quant aux deux places suivantes. Qui du Racing, d’Oyonnax ou de l’UBB allait devoir céder sa place de qualifié, et rester alors au pied du Top 6 ?
Pendant que le Racing Métro récitait une leçon de rugby, infligeant un score sans appel de 53 à 10 au Castres Olympique, le suspens était à son comble pour savoir qui de l’USO ou de l’UBB allait décrocher sa qualification. Un chassé croisé à distance haletant qui dura toute l’après-midi, et dont l’UBB était le logique favori. En effet, une belle entame des Bordelais sur la pelouse d’Ernest Wallon, laissait présager le meilleur pour les Girondins. À cette domination venait s’ajouter un carton rouge à la 30ème minute. Contre le pilier rouge et noir, Census Johnston, suite à un mauvais geste sur l’ailier Bordelais Talebula. L’UBB respire, et voit sa qualification se rapprocher. Mais c’est sans compter sur la détermination de la formation Toulousaine. Bien qu’en infériorité numérique durant 50 minutes, les Toulousains sonnèrent la rébellion et revinrent à hauteur de l’Union Bordeaux Bègles, pour, en fin de match, passer devant d’un petit point. Puis vint cette pénalité pour Bordeaux, à la dernière seconde. 20 mètres en face des poteaux. Les supporters Bordelais exultent, et fêtent déjà la qualification de leur équipe. Mais Lionel Beauxis, acculé par la pression, va louper cette pénalité, plongeant alors son public ayant fait le déplacement dans l’effroi. Et laissant par la même occasion, son club échouer au pied du Top 6, pourtant si proche de la qualification. Les bordelais devront se contenter des barrages pour la Coupe d’Europe.
De son côté, l’USO, n’ayant pu créer l’exploit devant l’ogre Toulonnais, profite de son avance confortée lors des journées précédentes pour prendre in-extremis la sixième place au général. C’est par ailleurs une qualification historique pour Oyonnax et les hommes de Christophes Urios.
Les phases de barrages opposeront ainsi le Stade Toulousain à Oyonnax, et le Stade Français au Racing Métro, dans un derby francilien qui promet d’être bouillant !

Beauxis
L’immense déception de Lionel Beauxis…

Opération maintien réussie pour Grenoble et Brive !
En bas de tableau, la bataille faisait rage également pour le maintien dans l’élite du rugby français. Alors que le sort était déjà scellé pour le Lou, premier relégué, l’incertitude régnait quant à l’équipe qui rejoindrait les Lyonnais, la saison prochaine en Pro D2. Un duel à distance, opposant ainsi le CA Brive, Grenoble et l’Aviron Bayonnais. Et cette fois encore la bataille fut palpitante. D’un côté, des Bayonnais jouant leur va-tout, qui infligèrent à La Rochelle, un 45 à 12, avec à la clé, pas moins de 7 essais. Le bonus offensif en poche, le travail était fait pour les Basques, abandonnant alors leur sort aux résultats de Brive et du FCG. Des Brivistes qui, sentant eux aussi le danger planer au dessus de leur tête, l’emportèrent devant leurs supporters, ne concédant aucun point au Stade Français. Le score : 27-0. On aura un moment cru au drame dans les rangs du FC Grenoble. Dans le devoir de se contenter d’au moins un point face à Lyon, les Grenoblois vécurent une fin de match très tendue, alors menés de cinq points. Ces cinq points d’écart qui furent conservés par les Isérois, qui empochent ainsi le bonus défensif ainsi que leur maintien en Top 14.
Vous l’aurez donc compris, ce sont les Bayonnais qui rejoignent le LOU en Pro D2 pour la saison prochaine, plongeant le peuple Basque dans une immense tristesse.
En témoignent les larmes du fis de David Roumieu, le pilier de l’AB…

Larmes

Ainsi s’achève donc la saison régulière de Top 14. Une saison pas encore terminée dans son ensemble, et qui nous laisse encore entrevoir de belles émotions et du spectacle à venir. Rendez-vous la semaine prochaine pour les phases de barrages, où nous connaîtrons les deux derniers qualifiés pour les demi-finales !

P.M.

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *