Arthur Iturria raconte la sortie nocturne des Bleus dans les moindres détails !

Lors d’un long entretien accordé au Midi Olympique de ce lundi, le deuxième ligne de Clermont, Arthur Iturria est revenu en détails sur la fameuse sortie nocturne des Bleus à Edimbourg.

Etant donné la tournure des événements, ce-dernier a souhaité se confier dans les colonnes du bi-hebdomadaire pour dévoiler la vérité:

« Il y a eu un tas de conneries de dites autour de mon cas, après cette nuit d’Édimbourg. J’avais besoin de communiquer vis-à-vis de ma famille. Mon père a reçu une quantité immense de messages. Plein de gens me questionnaient. J’avais besoin de leur dire la vérité. »

Ainsi, il explique la manière dont il s’est ouvert le visage:

« Je suis sorti avec une partie de l’équipe. Et je suis rentré aux alentours de 3 heures à l’hôtel. Quand je suis arrivé, « Vahaa », avec qui je partageais la chambre, a été surpris dans son sommeil. Il s’est retourné et a allumé la lumière. Je lui ai dit d’éteindre, que ce n’était que moi. Ce qu’il a fait. Et j’ai sauté dans mon lit. Sauf que je n’ai pas sauté sur le lit mais à côté. Et je me suis ouvert le visage en heurtant l’angle de la table de nuit. J’ai tapé l’arrête de la table de nuit, ce qui m’a entaillé tout le dessous du nez jusqu’à la lèvre. J’ai été coupé. Avec le choc, j’ai aussi une marque sur le dessus du nez. »

Le Clermontois en a marre d’entendre tout et n’importe quoi au sujet de cette affaire. Il raconte le déroulée de la soirée:

« Il ne faut pas raconter n’importe quoi ! Il y a eu quelques jeux à boire, avec des mots à retenir, par exemple. Je ne vais pas vous dire que c’était triste. On a bien rigolé et on a bu des verres ensemble. Est-ce qu’on était ivres à vomir par terre ? Non. Ce n’était pas mon cas et pour en avoir parlé avec les autres, ce n’était pas leur cas non plus. On a simplement passé une bonne soirée. Il y avait beaucoup de monde dans la boîte de nuit, je discutais avec pas mal de supporters et j’avais finalement perdu la plupart de mes coéquipiers. J’ai pris un taxi et je suis rentré. Au pied de l’hôtel, j’ai discuté avec des policiers locaux, qui m’avaient reconnu vu que j’étais habillé avec le costume officiel. On a même fait un selfie. Les vidéos de l’hôtel, que j’ai pu me procurer, le prouvent. On me voit rentrer à l’hôtel, à 3 h 04 très exactement. Et sans aucune marque au visage. Après que je me sois ouvert le visage, « Séb Vahaa » a appelé le docteur à 3 h 11. Très exactement, j’ai vérifié son journal d’appels. »

Par ailleurs, Arthur Iturria explique que les joueurs n’ont pas reçu une interdiction formelle du staff au sujet de la sortie:

« Disons qu’il n’y avait pas eu d’interdiction. L’encadrement nous avait laissés autonomes. J’imagine qu’ils ne pensaient qu’un soir de défaite, nous allions sortir. Que ce n’était pas le bon moment. Ils nous ont donc laissés assez libres. Et nous avons décidé d’aller boire un verre en ville, tous ensemble. »

Il explique comprendre complètement sa sanction:

« Je comprends ma mise à l’écart de l’équipe de France. C’est normal. Nous étions tout de même à huit défaites d’affilée… Non seulement je comprends son choix, mais je le trouve même normal. »

Pour conclure, Arthur Iturria affirme avoir tout raconté à Jacques Brunel:

« Je lui ai simplement dit ce qu’il s’était passé. Je crois qu’au début, il s’est dit que je le prenais pour un imbécile. Mais je ne voulais pas mentir. Je lui ai immédiatement dit ce qu’il s’était passé. »

One thought on “Arthur Iturria raconte la sortie nocturne des Bleus dans les moindres détails !

  • 26 février 2018 at 10 h 59 min
    Permalink

    ok tu racontes ton histoire,mais franchement un peu de sérieux iturria,je veux bien croire
    que tu t’es amoché la tronche sur le coin de la table,mais tu devais etre bourré comme un coing.
    pas seulement quelques verres,et puis un jour de défaite comme celle ci on ne se pinte pas surtout
    si on ne tient pas a l’alcool,le mieux est de se taire.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *