Agen retrouvera le Top14 !

Battus l’an passé en finale d’accession par les Rochelais, les Agenais ont franchi cette fois la dernière marche face aux Montois et retrouvent l’élite (15-16).

Après deux ans de Pro D2, ponctués par une finale d’accession infernale l’an dernier contre La Rochelle, Agen retrouve le paradis. Le SUALG a pris une revanche sur lui-même ce dimanche en battant Mont-de-Marsan (15-16). Une victoire d’un tout petit point qui fait le bonheur du club lot-et-garonnais, qui aurait pu tout perdre sur une transformation de Saubusse à deux minutes de la fin. Très solides en défense pour contenir les assauts landais durant les vingt dernières minutes, les hommes de Mathieu Blin peuvent savourer leur montée en Top 14.

En vingt minutes, les supporters du SUALG, son staff et ses joueurs ont certainement vieilli de dix ans, même si la délivrance leur a rapidement rendu leur sourire d’enfant. Ces vingt minutes parurent une éternité à résister, à 16-10 en leur faveur, à une marée landaise toujours plus menaçante. Longtemps, les Agenais ont retardé l’échéance, à grands coups de plaquages devant leur en-but. Quand ils craquaient, ils étaient sauvés par un en-avant de Salawa avant d’aplatir (63e), une pénalité immanquable et pourtant ratée par Saubusse (64e), déjà, et un nouvel essai refusé à Bost pour un en-avant de passe (76e). Le Stade montois a bien eu une occasion de tirer un trait sur sa poisse lorsque Mirande réussit enfin à percer le coffre adverse. Comme Lionel Beauxis samedi avec l’UBB, Emmanuel Saubusse a eu la balle de bonheur au bout de pied. Même résultat, même peine. En l’espace d’un week-end, Ernest-Wallon a été le théâtre d’un drame pour deux buteurs.

 

La quatrième est la bonne pour Valdes

L’exigence du Top 14 ne permet pas une trop grande inefficacité et Mont-de-Marsan en a fait la cruelle expérience ce dimanche. Parmi ses bourreaux du jour, l’ouvreur sud-africain Burton Francis, bien plus inspiré qu’en demi-finale contre Perpignan et auteur de onze points au pied. Pas de troisième finale d’accession victorieuse d’affilée, donc, pour les Landais (ils avaient battu le Racing-Metro en 2008 et Pau en 2012) qui batailleront au moins un an de plus dans l’anti-chambre de l’élite. Pour Agen, c’est en revanche la fin d’un combat de deux ans. De quatre ans, même, pour son deuxième ligne Sergio Valdès, qui gagne enfin une finale de Pro D2 après avoir perdu les trois dernières (dont deux avec Pau).

C’est aussi le début d’une aventure, excitante mais semée d’embûches. Très bon lors de cette finale, Marc Giraud s’est d’ailleurs montré très lucide à chaud au micro d’Eurosport en déclarant: « On va bien faire la fêter ce soir car une saison très compliquée nous attend ». Les soucis attendront le mois d’août, place désormais à la fête pour toute une ville.

Source : Rugbyrama

Donnez votre avis sur cette information plus bas en commentaire ! Echangez avec la communauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *